Suppression de la taxe d’habitation : le "calendrier maintenu" pour les 20% les plus riches

Suppression de la taxe d’habitation : le "calendrier maintenu" pour les 20% les plus riches
Politique

FISCALITÉ - Le Premier ministre Jean Castex a indiqué vendredi soir qu’il n’y aurait pas de changement de calendrier concernant la suppression de la taxe d’habitation pour les plus riches. Emmanuel Macron avait évoqué cette possibilité le 14 juillet.

La piste évoquée par Emmanuel Macron aura tenu trois jours. La suppression de la taxe d'habitation pour les 20% les plus riches se fera selon le calendrier prévu, qui est "maintenu", a déclaré le Premier ministre Jean Castex vendredi. Lors de l'interview présidentielle du 14-Juillet, le chef de l’Etat avait pourtant ouvert la porte à un report, comme un geste de solidarité.

"On va continuer sur le même rythme. Donc la suppression de la taxe d'habitation suivant le calendrier (prévu) sera maintenue", a dit Jean Castex vendredi soir sur France 2. Ce qui implique le maintien de la suppression de cette taxe pour tous d'ici à 2023.

"A ce jour, on va continuer sur le même rythme"

"La taxe d'habitation, c'est un impôt qui baisse. La question a pu être évoquée de savoir si on décalait un peu le rythme" de la baisse, a-t-il ajouté. "A ce jour (...) on va continuer sur le même rythme, donc la suppression de la taxe d'habitation, suivant le calendrier (prévu), sera maintenue".

Mais, a toutefois précisé le Premier ministre, "là encore, nous nous adapterons en fonction de l'évolution de la conjoncture".

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

En évoquant mardi l'idée de "décaler un peu, pour les plus fortunés d'entre nous la suppression de la taxe d'habitation", comme c'est déjà le cas pour 80% des ménages, le président de la République avait jeté le trouble sur une réforme défendue depuis trois ans par l'exécutif comme un des axes de son action en faveur du pouvoir d'achat. Cela "peut être quelque chose de légitime en période de crise", avait justifié Emmanuel Macron.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent