Suppression de la taxe d’habitation : comment ne pas pénaliser les retraités qui vivent en maison de retraite ?

Politique
DirectLCI
CASSE-TETE – La hausse de la CSG pour les retraités devait théoriquement être compensée par la disparition de la taxe d'habitation. Mais comment faire pour les seniors qui vivent en maison de retraite et qui sont déjà exemptés de cette taxe d’habitation ?

C’est un lièvre que soulève ce vendredi Le Parisien. Selon le gouvernement, la perte de pouvoir d’achat des retraités due à la hausse de la CSG devait théoriquement être compensée par la suppression progressive de la taxe d’habitation. Or, la plupart des personnes âgées vivant en maison retraite ne payent de taxe d’habitation. 


Elles vont donc subir la hausse de la CSG sans profiter de cette supposée compensation. Ce qui n’a pas manqué de provoquer la colère des ainés. D’autant que cet angle-mort dans le budget 2018 n’avait pas été forcement repéré par le gouvernement. Bercy et les députés de la majorité réfléchissent donc désormais à un système pour y remédier. 

Comme l’explique Le Parisien, ce ne sont pas les retraités vivant en maison de retraite qui s’acquittent de la taxe d’habitation, mais l’établissement dans lequel ils séjournent. "Ils la répercutent ensuite dans les tarifs qu’ils appliquent aux pensionnaires", indique un haut-fonctionnaire dans le quotidien. 


L’idée serait donc de répercuter sur les tarifs des maisons de retraite les bienfaits de la disparition de la taxe d’habitation. Impliquée sur le sujet, Amélie de Montchalin, députée LREM et membre de la commission des finances, prévient qu’elle sera vigilante à ce que les maisons de retraite ne profitent pas de la suppression de la taxe pour s’enrichir, aux dépens des pensionnaires. Comment ? Un outil de suivi des tarifs des établissements pour personnes âgées est à l’étude. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter