Sur France 2, Sarkozy refait du Sarkozy

Sur France 2, Sarkozy refait du Sarkozy

COME BACK – Deux jours après l'annonce de son retour en politique, Nicolas Sarkozy s'est exprimé lors d'une longue interview sur France 2. S'il affirme avoir gagné en "sagesse", le candidat à la présidence de l'UMP s'est toutefois montré très offensif.

Nicolas Sarkozy l'a promis, il a changé. Lors de son interview de plus de 40 minutes sur France 2 dimanche soir , l'ancien président de la République devait démontrer qu'il a, pendant deux ans et demi, eu le temps de "murir", d'avoir "moins d'énergie", mais "plus de sagesse". Et prouver qu'il est le meilleur candidat pour briguer la présidence de l'UMP, un tremplin nécessaire pour viser la présidentielle de 2017.

Après avoir été cinq ans à la tête du pays, dix ans au gouvernement, le pari s'avère forcément difficile. Nicolas Sarkozy a donc commencé par faire acte de repentance. "Avec le recul, je me suis rendu compte que, sans le vouloir, j’ai pu blesser des gens. En général, je suis courtois et plutôt bien élevé, du moins je l’espère. Mais face à la difficulté, quand on prend pas la bonne expression, plutôt que de résoudre le problème, les gens se raidissent", a confié l'ancien hôte de l'Elysée reconnaissant sa "responsabilité" dans l'échec de 2012.

"Est-ce que vous me prêtez deux neurones d’intelligence ?"

Mais chassez le naturel, il revient au galop. Après avoir livré son constat de la France, ce pays qu'il ne veut pas voir "condamné", où il y a "une telle colère, un tel désespoir", Nicolas Sarkozy est passé à l'attaque. Et il a décoché de multiples flèches. Il ne voulait pas "polémiquer avec François Hollande", mais a dénoncé sa fameuse anaphore "moi président", cette "litanie de mensonges". Sur l'Ukraine, il a raillé l'attitude du chef de l'Etat en précisant que, lui président, il aurait pris son téléphone pour dire son désaccord à Vladimir Poutine. Et Nicolas Sarkozy n'a pas non plus épargné le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron , coupable d'avoir qualifié les ouvrières de Gad d'"illettrées ". "On ne s’invente pas ministre de la République, c’est un long processus".

Offensif donc, Nicolas Sarkozy s'est aussi montré agile dans l'art d'esquiver les questions gênantes. Interrogé sur les nombreuses affaires judiciaires qui pourraient freiner sa route politique, le candidat UMP a botté en touche. "Est-ce que vous croyez que si j’avais quelque chose à me reprocher au fond de moi je viendrai m’exposer dans un retour à la politique? Est-ce que vous me prêtez deux neurones d’intelligence ? (...) Si j’avais peur, est ce que je reviendrais ?", a-t-il seulement interrogé. Et lorsque Laurent Delahousse a tenté de connaître sa position sur le mariage pour tous, la dérobade a été similaire. Sans dire s'il reviendrait sur cette loi votée en 2013, Nicolas Sarkozy a déploré que l'on ait "humilié les familles".

LIRE AUSSI >> Les quatre étonnantes omissions de Sarkozy sur ses affaires judiciaires

Pour s'assurer la tête de l'UMP, puis une candidature à la présidentielle de 2017, Nicolas Sarkozy sait qu'il va falloir rassembler les troupes. L'ancien président a donc aussi voulu apaiser les divisions en saluant ses principaux concurrents. Alain Juppé ? "Un ami, un compagnon" pour qui Nicolas Sarkozy a même "de l'admiration". Quant à François Fillon ? Il aura "aussi besoin de lui" pour réaliser son nouveau projet. Et créer les conditions "d’une alternative crédible bien au-delà des clivages habituels".

LIRE AUSSI >> Nicolas Sarkozy sur France 2 : ce qu'il faut retenir de son intervention

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : deux personnes extraites des décombres, l'une d'elles inconsciente

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 12.000 patients à l'hôpital, près de 2200 en réanimation

Le Covid, une simple bactérie ? Les autorités de Singapour démentent avoir dévoilé un "canular mondial"

Covid-19 : protocole renforcé à l'école, fermetures des discothèques... Le point sur les nouvelles mesures sanitaires

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.