Suspension du FN : Jean-Marie Le Pen attaque le parti en justice

Suspension du FN : Jean-Marie Le Pen attaque le parti en justice

Politique
DirectLCI
FRONT NATIONAL – Suspendu début mai de sa qualité d'adhérent du FN pour des propos polémiques, Jean-Marie Le Pen engage un recours en justice.

Après la justice de son parti, la justice tout court. Jean-Marie Le Pen, qui avait affirmé qu'il se battrait "par tous les moyens" après l'annonce de sa suspension du Front national, une "félonie" selon lui, met ses menaces à exécution. Celui qui doit aussi perdre son statut de président d'honneur du FN lors d'un prochain congrès annonce en effet mardi à l'AFP avoir assigné le parti devant le tribunal de Nanterre.

"Je conteste mon exclusion comme adhérent et donc l'interprétation extensive" des statuts "qui me prive de ma présidence d'honneur, ce qui tend à me museler en vue du congrès par voie postale", a affirmé l'eurodéputé.

LIRE AUSSI >>
Suspendu du Front national, que peut faire Jean-Marie Le Pen ?

Une action en justice incertaine

Le 4 mai, le bureau exécutif du FN, présidé par sa propre fille, avait décidé à la quasi-unanimité de retirer au cofondateur du parti son statut d'adhérent, sanctionnant ainsi son nouveau dérapage sur les chambres à gaz et son interview choc à l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

Mais pour contester cette sanction, l'octogénaire devra démontrer que ses droits ont été bafoués. Une tache difficile à en croire le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just. "Le souci des tribunaux (…) est de vérifier que la démocratie interne a été respectée (…) Avec une décision aussi large, la messe est dite", expliquait l'avocat le 5 mai au Huffington Post .
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter