Le cinéma français va-t-il devoir se passer de cigarettes ?

Le cinéma français va-t-il devoir se passer de cigarettes ?

TABAGISME – Interpellée au Sénat sur la présence récurrente de cigarettes dans les films français, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a promis "des mesures" et "une action ferme" du gouvernement qui s’appliqueront notamment au cinéma.

Si on ne peut plus fumer depuis longtemps dans les salles de cinéma de France et de Navarre, les acteurs, eux, peuvent toujours s’en griller une à l’écran sans que cela ne dérange, ni n’émeuve personne. Mais cette époque-là aussi semble en passe d’être révolue. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, compte en effet s’emparer de ce qu’elle considère comme un problème, pour lutter contre la "valorisation de la pratique". C’est, du moins, ce qu’elle a annoncé au Sénat. 

C’est dans le cadre de l'examen du budget de la Sécurité sociale au Sénat qu’Agnés Buzyn a été interpellée sur ce thème, en marge du vote, par Nadine Grelet-Certenais, sénatrice PS de la Sarthe : "La Ligue contre le cancer démontre dans une étude que 70% des nouveaux films français mettent à l'image au moins une fois une personne qui fume. C'est une banalisation, voire une promotion du tabac, en particulier auprès des enfants et des adolescents qui sont les premiers consommateurs de ces films sur internet."

Je ne comprends pas l'importance de la cigarette dans le cinéma français.- Agnès Buzyn, ministre de la Santé

La ministre, en réponse, a partagé ce point de vue, promettant "une action ferme" dans le prochain plan national de réduction du tabagisme : "J’en ai parlé au Conseil des ministres à Françoise Nyssen (ministre de la Culture, ndlr) pour l’alerter. Il y aura des mesures en ce sens. Je ne comprends pas l'importance de la cigarette dans le cinéma français. Nous allons travailler à la dénormalisation de l'image du tabac dans la société, notamment vis-à-vis des jeunes."

Lire aussi

La question consiste désormais à savoir si le gouvernement va faire complètement disparaître les cigarettes des films, ou plus simplement (et plus probablement) limiter leurs apparitions à l’écran. Pour mémoire, en 2015, l'ancienne ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie, Michèle Delaunay, avait proposé que la loi Evin soit appliquée aux films français. Avant que l'Organisation mondiale de la santé ne suggère aux gouvernements, en 2016, d'"appliquer une classification aux films dans lesquels on consomme du tabac et la diffusion préalable d'avertissements antitabac".

Lire aussi

En parallèle, le second plan national de réduction du tabagisme promet de provoquer d’autres polémiques. La ministre de la Santé a ainsi prévenu qu’"il y aura des mesures d’interdiction de fumer devant les écoles et les lycées", ainsi que des mesures destinées à des publics spécifiques, tels que les chômeurs ou les "femmes enceintes françaises, qui fument beaucoup trop".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

"Ma femme est sénégalaise, je n’ai pas de leçons à recevoir" : l’humoriste Philippe Chevallier défend son vote pour Marine Le Pen

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

EN DIRECT - Covid : près de 6.000 nouveaux cas positifs en 24H

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.