Taubira comparée à un singe : 9 mois de prison ferme pour l'ex-candidate FN

Taubira comparée à un singe : 9 mois de prison ferme pour l'ex-candidate FN
Politique

JUSTICE - Anne-Sophie Leclère, ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel (Ardennes), a été condamnée mardi par le tribunal de Cayenne à neuf mois de prison ferme et 5 ans d'inéligibilité pour avoir comparé la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, à un singe. L'ancienne candidate, ainsi que le FN, également condamné dans cette affaire, vont faire appel de la décision.

"Cette photo, c'était de l'humour", s'était défendue Anne-Sophie Leclère en octobre 2013. Le tribunal de Cayenne en a décidé autrement ce mardi, en infligeant à l'ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel (Ardennes) une peine de neuf mois de prison ferme et 5 ans d'inéligibilité pour avoir comparé la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, à un singe.

Le tribunal, saisi d'une plainte du mouvement guyanais Walwari, est allé au-delà des réquisitions du parquet en prononçant cette peine, assortie d'une amende de 50.000 euros. Il a également condamné le Front national à 30.000 euros d'amende. Joël Pied, secrétaire régional de Walwari, a évoqué une "décision historique et salutaire". "Une institution notable de la République reconnaît que le Front National est condamnable par le droit, et qu'il s'agit d'un parti raciste. Nous espérons que cette décision va faire date", a-t-il souligné. Le représentant du Front national en Guyane, René Tran Van Nghia, a lui jugé cette décision "politique et ridicule".

"Ça n'a rien à voir avec du racisme"

Anne-Sophie Leclère et le FN ont chacun fait part de leur intention de faire appel de la décision rendue mardi. "C'est totalement disproportionné, j'ai été très choquée d'apprendre ce jugement. Les criminels sont condamnés et ont un bracelet et moi on me donne de la prison ferme", a déclaré mercredi l'ex-candidate frontiste. "C'est une injustice, c'est un jugement partisan et politique", a-t-elle ajouté. Quant au parti de Marine Le Pen, il fera "évidemment appel" de la décision "illégale" rendue mardi, a commenté le vice-président du Front national, Florian Philippot. "Le Front national, comme parti politique, se retrouve condamné. A quel titre? Le Front national n'a jamais donné les moyens à Mme (Anne-Sophie) Leclère d'avoir ces propos-là. Dans le droit français, il n'y a pas de responsabilité pénale d'une personne morale pour un délit relatif à la liberté d'expression. Ce jugement n'a pas de légalité, nous irons évidemment en appel", a précisé le député européen mercredi sur RMC et BFMTV.

Le 17 octobre, un reportage de l'émission "Envoyé spécial" sur France 2 avait montré cette commerçante de 33 ans, encartée au FN depuis 2012, propriétaire d'un magasin d'articles de pêche à Rethel, dans les Ardennes, qui s'efforçait de monter une liste pour les élections municipales dans cette ville de quelque 7.500 habitants. Questionnée alors sur un photomontage qu'elle avait placé sur sa page Facebook et qui montrait d'un côté un petit singe et de l'autre la garde des Sceaux, avec les légendes "à 18 mois" et "maintenant", Anne-Sophie Leclère l'avait assumé, assurant que "ça n'a rien à voir" avec du racisme. "L'image a été postée sur ma page Facebook et je l'avais supprimée quelques jours après d'ailleurs, ce n'est pas moi l'auteur", s'était-elle ensuite défendue.

Mme Leclère avait été exclue du FN le 3 décembre. La justice avait également ouvert une enquête préliminaire, confiée par le parquet de Paris à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Lire aussi >> Taubira comparée à un singe : le FN musèle sa candidate aux propos racistes

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent