Taxation du Loto du patrimoine : Stéphane Bern dénonce la "déconnexion" des députés LaREM

Politique

COLÈRE - La décision des députés de la majorité de taxer le Loto du patrimoine a suscité une nouvelle sortie de Stéphane Bern, qui a dénoncé mardi 18 décembre sur LCI leur "déconnexion" par rapport aux enjeux.

Grosse colère de Stéphane Bern contre les députés de la majorité. L'animateur, chargé par Emmanuel Macron d'une mission pour la sauvegarde du patrimoine, s'en est pris mardi 18 décembre aux parlementaires qui ont décidé de rétablir la taxation du Loto du patrimoine, supprimée précédemment par leurs collègues du Sénat. 

Stéphane Bern, auditionné en urgence au Palais Bourbon, s'est exprimé dans la foulée, à la sortie, devant la caméra de LCI. "Les taxes sont légales, mais pour autant, sont-elles morales, justifiées ?" a lancé l'animateur, s'étonnant de cette décision alors que "de manière générale, les députés sont plutôt favorables au loto du patrimoine". 

"Déconnectés" du terrain

"J'ai le sentiment qu'ils sont parfois un peu déconnectés du terrain", a également critiqué celui qui a mis sur pied, cette année, le premier Loto du patrimoine, destiné à la sauvegarde des monuments en péril, dont 18 particulièrement emblématiques ont été retenus. "J'aimais le temps où les députés avaient un ancrage local. Ça leur permettait de voir à quoi servait le patrimoine, et ce que c'est quand on est tous les week-ends, dans le froid, à restaurer et à sauver des vieilles pierres avec les habitants."

Dans un tweet, mardi matin, l'animateur avait déjà dénoncé une "Assemblée nationale qui fait tout pour torpiller le Loto du patrimoine à la demande du rapporteur Joël Giraud (rapporteur du budget, NDLR) et le soutien des députés LaREM.

Voir aussi

Lire aussi

Un précédent en octobre

L'amendement en cause a été adopté dans la nuit de lundi à mardi, supprimant un article du Sénat qui exonérait le Loto du patrimoine de plusieurs taxes (CSG, TVA...) habituellement appliquées aux jeux de loterie. 

Le député Joël Giraud a justifié la taxation en expliquant qu'une exonération serait "préjudiciable pour les comptes publics, du fait, par exemple, d'un report des activités de jeux classiques vers celui qui serait exonéré, et donc sur l'organisation de nouveaux lotos du patrimoine". 

Stéphane Bern s'était déjà fait entendre il y a deux mois en s'insurgeant contre le fait que l'Etat prélève 14 millions d'euros de taxes sur les 200 millions de recettes attendues de la première édition du Loto du patrimoine. Pour éteindre l'incendie, le gouvernement avait annoncé le déblocage de 21 millions d'euros supplémentaires en faveur du patrimoine. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter