France Insoumise : accusé de harcèlement sexuel, Thomas Guénolé se défend et dénonce "une dictature"

Politique
INSOUMIS - Coup de tonnerre à la France Insoumise. À quelques semaines des élections européennes, le politologue et candidat Thomas Guénolé critique Jean-Luc Mélenchon et son emprise sur le parti qui, de son côté, l'accuse de "faits pouvant s’apparenter à du harcèlement sexuel."

Règlements de comptes à la France Insoumise. Dans un communiqué publié ce jeudi 18 avril sur les réseaux sociaux, Thomas Guénolé, candidat en 14e position sur la liste du parti pour les élections européennes, critique avec virulence son propre mouvement. Intitulé "Alerte : l'appareil de la France Insoumise trahit nos valeurs et se rit des militants", le politologue dénonce la gouvernance du parti par Jean-Luc Mélenchon qu'il qualifie d'"autocrate." L'ancien candidat à la présidentielle de 2017 y est décrit comme "imprévisiblement colérique", à la tête d'un mouvement devenu une "machine à broyer ses militants et ses idéaux proclamés."

Le politologue mentionne également les enquêtes en cours visant le parti et qui font peser “un risque judiciaire” de condamnation de Jean-Luc Mélenchon. La France insoumise est visée par des enquêtes sur les comptes de la campagne 2017 et sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés. 


Affirmant faire l'objet d'accusations par le parti, il attribue celles-ci aux critiques qu'il formule en interne depuis plusieurs semaines sur l'organisation du mouvement : "Comment peuvent-ils plaider sans relâche pour une vraie démocratie en France, eux qui organisent la France insoumise comme une dictature?". 

"Aucun contentieux politique ou personnel" selon Jean-Luc Mélenchon

Le mouvement politique n'a pas tardé à régir en publiant un communiqué peu de temps après sur son site. La France insoumise explique dans ce dernier que le politologue avait fait l'objet d'un signalement par une jeune femme pour "des faits pouvant s'apparenter à du harcèlement sexuel." Le comité électoral du mouvement précise avoir saisi le pôle d'écoute et de vigilance contre les violences sexistes et sexuelles et qu'une enquête interne était en cours. 

Jean-Luc Mélenchon a quant à lui réagi sur Twitter en affirmant n'avoir "jamais eu aucun contentieux personnel ou politique avec Thomas Guénolé."

À ce stade, Thomas Guénolé n'a pas retiré sa candidature aux européennes (il est 14e sur la liste de la France insoumise) et ne compte pas quitter le mouvement politique. Sur le site du parti, le nom du politologue figure d'ailleurs toujours sur la liste des candidats. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter