René Dosière : "Je suggère de réduire le train de vie des anciens présidents après cinq années"

René Dosière : "Je suggère de réduire le train de vie des anciens présidents après cinq années"

DirectLCI
INTERVIEW - Un rapport confidentiel, révélé ce mardi par Mediapart, préconise une réduction drastique des avantages qui sont toujours accordés aux ex-présidents de la République. Le député René Dosière, spécialiste du contrôle des dépenses de l’Elysée, se montre encore plus exigeant.

A eux trois, Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy coûtent plus de 10 millions d'euros par an aux contribuables. Le rapport confidentiel remis par la Cour des Comptes et le Conseil d’Etat à François Hollande (et révélé ce mardi par le site Médiapart ) sur le coût des anciens chefs d’Etat préconise un coup de rabot conséquent sur les avantages substantiels dont continuent de bénéficier nos trois “ex”. Interrogé par LCI, le député socialiste de l’Aisne René Dosière, spécialiste du contrôle des dépenses de l’Elysée, estime lui aussi que cette révision va dans le bon sens.

LCI : Que pensez-vous des conclusions de ce rapport ?

René Dosière : Elles rejoignent les miennes. Et surtout nous obtenons les mêmes chiffres. La Cour des Comptes évalue le coût des trois anciens présidents ( Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ) à 10,3 millions d’euros par an. J’avais de mon côté trouvé la somme de 9 millions d’euros pour les frais, mais sans prendre en compte leur rémunération, ce que la Cour a fait. Il faut aussi savoir que les anciens chefs d’Etat disposent chacun d’un logement meublé avec personnel d’entretien, de neuf collaborateurs de leur choix, de deux chauffeurs et d’une voiture à vie, payés par les contribuables. Ces dispositions avaient déjà fait l’objet d’une lettre de Laurent Fabius lorsqu’il était Premier ministre en 1985, adressée à Valéry Giscard d’Estaing qui demandait une clarification. Depuis, rien n’a bougé.

LCI : Faut-il revoir ce dispositif ?

René Dosière : La Cour des Comptes suggère de le réduire de moitié après dix années. Je suggère d’aller encore plus loin et de pratiquer cette diminution au bout de cinq ans. Autre idée : supprimer les personnels de sécurité de leurs résidences secondaires lorsqu’ils ne s’y trouvent pas. C’est une minimum. Par ailleurs, il faudrait que ces avantages octroyés aux anciens présidents fassent l’objet d’une ligne budgétaire particulière dans les comptes publics. Ce qui éviterait d’avoir à faire des calculs très complexes pour connaître le coût exact de ce dispositif. Enfin, il serait utile de définir ces avantages dans un décret public et transparent.

Actuellement ils touchent une indemnité à vie de 6000 eurosRené Dosière

LCI : Quelle est la rémunération des anciens présidents ? Faudrait-il également la revoir ?

René Dosière : Actuellement ils touchent une indemnité à vie de 6000 euros à laquelle il faut ajouter leur rémunération en qualité de membre de droit du Conseil Constitutionnel à hauteur de 14.000 euros. Le rapport propose de supprimer la présence des anciens présidents au Conseil Constitutionnel, une mesure qui parait de bon sens. Auquel cas, il faudrait réévaluer leur indemnité de base et la porter à 16.000 euros environ. Ce serait un traitement à vie tout à fait honorable pour un ancien chef de l’état et cela permettrait au passage de faire faire quelques économies aux comptes publics.

René Dosière est aussi l’auteur du livre L'argent caché de l'Élysée, Le Seuil, 2007 

Plus d'articles

Sur le même sujet