Pilule anti-Covid de Merck : "Le médicament final n'est pas produit en France", confirme Pannier-Runacher

Pilule anti-Covid de Merck : "Le médicament final n'est pas produit en France", confirme Pannier-Runacher

INTERVIEW - Invitée d'Elizabeth Martichoux sur LCI, ce mercredi 27 octobre, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, a justifié la commande de 50.000 doses de la pilule anti-Covid 19. Ce traitement, développé par le laboratoire américain Merck, va être utilisé par anticipation avant l'avis de l'EMA.

"L'idée, c'est d'empêcher des formes graves de se développer." La France a commandé 50.000 doses de la pilule anti-Covid 19, développée par le laboratoire américain Merck, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, mardi 26 octobre. "50.000 doses de ce médicament vont être livrées à la France à compter des derniers jours de novembre ou des premiers jours de décembre, c'est-à-dire dès que les traitements sortiront des chaînes de production", a-t-il expliqué lors d'une audition au Sénat.

Pourquoi 50.000 doses de la pilule de Merck ont-elles été commandées ? Pourquoi pas plus, pourquoi pas moins ? "Ça correspond à une évaluation des besoins", justifie Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, invitée d'Elizabeth Martichoux sur LCI, mercredi 27 octobre. "Cette pilule est donnée au moment où quelqu'un est déclaré positif. C'est une prescription, lorsque le médecin estime que la forme pouvant être développée par la personne peut être grave. D'après les premiers tests et essais cliniques, il divise par deux le risque de développer une forme grave."

Toute l'info sur

L'interview Politique

Début octobre, Merck a fait état de résultats très encourageants pour cet antiviral. Selon le laboratoire américain, qui a effectué des essais sur près de 800 patients, mais doit encore en rendre public les détails, le molnupiravir diminue par deux les risques d'hospitalisation quand il est donné à des patients qui viennent d'être testés positivement. Ce médicament, ingéré par voie orale, présente un intérêt majeur dans la lutte contre le coronavirus. Complémentaire des vaccins, ce remède est plus facile à administrer que les traitements intraveineux comme, par exemple, ceux à base d'anticorps de synthèse.

Des réponses sous forme de médicament au virus- Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie

Suite à la demande d'autorisation du traitement, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé, lundi 25 octobre, le lancement de l'examen accéléré de la pilule. En attendant l'avis de l'EMA, la France a fait le choix de l'utiliser, par anticipation, "dans le cadre d'autorisations temporaires d'utilisation". "Au-delà des vaccins, nous avons, la France, au niveau national, fait en sorte d'avoir une prophylaxie et d'avoir des réponses, sous forme de médicament, au virus de la Covid pour limiter les formes graves", a détaillé Agnès Pannier-Runacher. "On est vraiment sur une approche très classique. Lorsque vous êtes confrontés à un risque grave, vous pouvez anticiper l'utilisation d'un médicament, s'il est prouvé d'après les premiers tests qu'il est positif."

En vidéo

Traitement anti-Covid : la pilule de Merck suscite l’espoir

La pilule "qui soigne le Covid" sera-t-elle fabriquée en France ? "Merck a des laboratoires en France, mais pas nécessairement pour produire cette pilule. Vous savez qu'une chaîne de production de médicaments est complexe", rappelle la ministre chargée de l'Industrie. "Merck est en train d'investir à Molsheim, dans le Grand Est, pour augmenter ses capacités de production. Au cas d'espèce, je ne connais pas précisément la chaîne de production. Je sais que le médicament final n'est pas produit en France."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.