Trop de FN sur BFMTV : Mélenchon a-t-il raison ?

Trop de FN sur BFMTV : Mélenchon a-t-il raison ?

DirectLCI
FACT CHECKING – Jean-Luc Mélenchon nous a habitués à ses coups de colère, mais ce lundi c'est le journaliste de BFMTV, Jean-Jacques Bourdin, qui s'est emporté lors de son interview. Il n'a pas accepté que le leader du Front de gauche accuse sa chaîne de surreprésenter le FN.

"Pour une fois que ce n'est pas le Front national qui parle ici"... L'attaque lancée par Jean-Luc Mélenchon ce lundi sur BFMTV n'a pas du tout plu à Jean-Jacques Bourdin, déterminé à ne pas "laisser passer" cette accusation. "Pardon ? Attendez, qu’est-ce que c’est que cette allusion ?! Ça, je n’accepte pas Jean-Luc Mélenchon !", a répondu le journaliste "au nom de la chaîne", avant de se défendre : "La parole qu’on a donnée au FN, c’était une parole critique, les reportages qu’on a faits c’était justement pour critiquer, c’était des enquêtes sur le FN et son incapacité à trouver des candidats". Alors qui de Jean-Luc Mélenchon ou de Jean-Jacques Bourdin a raison ?

Le 19 mars dernier, le CSA avait rappelé à l'ordre BFMTV pour la place trop importante accordée au Front nationale sur sa chaîne d'information. "Le Conseil a relevé que le traitement de l’actualité électorale au niveau national est caractérisé par le faible accès à l’antenne des représentants de l’UMP et du Parti socialiste, ainsi que par la persistance de la surreprésentation du Front national", avait déclaré l'institution. Sur l'examen des temps de parole effectué entre le 10 février et le 14 mars dernier, 43,23% de ceux-ci, soit 33 minutes, étaient en effet réservés au FN.

Si BFMTV a bien été épinglée, elle s'est rééquilibrée

Alors épinglée par le CSA, la chaîne du groupe NextRadioTV s'était défendue de la même manière que Jean-Jacques Bourdin ce lundi : la multiplication des sujets sur les candidats "malgré eux" du FN qui estimaient être présents sur des listes frontistes contre leur volonté. Problème : le 19 mars, le CSA avait contredit cette ligne . "Celle-ci (la surreprésentation du FN, ndlr) est de nature à s’accentuer du fait de la présence à l’antenne ce jour-même (le 19 mars, ndlr), pendant plus de vingt minutes, du président d’honneur du Front national, M. Jean-Marie Le Pen".

Mais si BFMTV a bien donné la part belle au FN jusqu'au 19 mars, force est de constater que la chaîne s'est finalement pliée aux injonctions du CSA . L'examen des différents temps de parole établi sur la période du 10 février au 21 mars, montre en effet que la représentation du FN a considérablement chuté. Elle tombe à 10,43% (soit 36 minutes de temps de parole contre 1h53 pour le PS et 1h37 pour l'UMP). Pendant l'entre-deux-tours, entre le 24 et le 28 mars, le temps de parole du parti d'extrême droite n'était même que de 8,46% (29 minutes contre 2h07 pour le PS et 2h03 pour l'UMP).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter