Tweet antisémite : le dérapage de trop pour Gérard Filoche

DirectLCI
POLÉMIQUE – Le tweet antisémite posté vendredi soir par Gérard Filoche a suscité une vive indignation. Pour se défendre, le membre du bureau national du PS se revendique "cofondateur de SOS Racisme". L'association dément.

Un tweet antisémite sonnera-t-il le glas de la carrière politique de Gérard Filoche ? Le membre du bureau national du Parti Socialiste s’est en tout cas mis dans de beaux draps après avoir posté vendredi soir un photomontage représentant Emmanuel Macron affublé d’un brassard rouge. Orné d’un dollar, ce dernier ressemble comme deux gouttes d’eau au tristement célèbre brassard nazi. En arrière-plan du montage se dressent les drapeaux américain et israélien ainsi que des photographies de Patrick Drahi, Jacob Rothschild et Jacques Attali, trois personnalités juives. 


"J'ai retiré ce message et je me suis excusé, c'était une connerie", a réagi Gérard Filoche sur Libération, réfutant toute accusation d’antisémitisme. Malgré son mea culpa,  il est sous le coup d’une procédure d’exclusion du Parti socialiste. Joint par LCI, Romain Colas, maire socialiste de Boussy-Saint-Antoine (Essonne), estime qu’il aurait dû quitter le PS depuis bien longtemps : "Filoche a franchi une à une toutes les lignes de l’outrance, Il relaie maintenant de la propagande antisémite. Il n’a plus rien à faire au PS. Je pense que notre formation aurait pu lui faire grief plus tôt de son comportement". 


Filoche se défend pour autant de tout antisémitisme, indiquant même qu'il est "cofondateur de SOS Racisme". Une affirmation qui fait bondir l'association. "Malheureusement, adhérer à une organisation à ses débuts ne rend pas cofondateur. Cette information est clairement fausse", nous précise SOS Racisme. 

"Il y a bien longtemps que le PS aurait dû exclure Gérard Filoche. Je l'avais dit à l’Assemblée nationale le 21 octobre 2014", rappelle Manuel Valls sur Twitter. A l’époque, ce dernier s’était indigné d’un tweet de Gérard Filoche évoquant le décès de Christophe de Margerie, ancien PDG de Total. "De Margerie est mort. La famille Taittinger en deuil. Les grands féodaux sont touchés. Ils sont fragiles. Le successeur nous volera-t-il moins ?", lançait-il notamment avant de qualifier M. de Margerie de "suceur de sang". 


De quoi susciter un véritable tollé, certaines personnalités politiques réclamant son éviction du PS. "Tous ceux qui ont des mots, qui ne sont pas des mots qu'on peut prononcer quand un homme disparaît, ne méritent pas d'être dans la formation politique qui est une grande formation républicaine et qui est la mienne", assénait ainsi le Premier ministre de l’époque Manuel Valls, interrogé à ce sujet par le député UMP Jean-Charles Taugourdeau dans l’hémicycle. 

Un an plus tard, le député socialiste Jean-Louis Gagnaire avait également demandé l’exclusion de Gérard Filoche. Ce dernier avait suscité la polémique en faisant un parallèle entre un accident de car survenu en Gironde et la loi Macron libéralisant le marché du transport longue distance par autocar. "Virons-le du PS ! En ces circonstances, je n'ai plus envie de cohabiter avec cet individu abject", lance-t-il sur Twitter, s’indignant que Gérard Filoche ait profité d’un tragique accident pour promouvoir son site anti-Macron.

Un souhait resté lettre morte. Mais la dernière sortie de Gérard Filoche pourrait bel et bien causer sa perte. D'autant qu'il risque par ailleurs d'être inquiété par la justice puisque le photomontage polémique - partagé en février dernier sur le site Egalité et Réconciliation - vaut à Alain Soral d'être poursuivi par le parquet devant le tribunal correctionnel. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter