Twitch, ClubHouse, Instagram, TikTok... Les politiques ne peuvent plus s'en passer

Twitch, ClubHouse, Instagram, TikTok... Les politiques ne peuvent plus s'en passer

NOUVEAUX PUBLICS - Pour tenter de s'adresser à un auditoire qui préfère les réseaux sociaux aux médias traditionnelles, la classe politique multiplie les initiatives sur les plateformes privilégiées par la jeunesse. Et parfois, ça marche.

Le succès est arrivé là où on ne l'attendait pas forcément. Lundi soir, une interview de l'ancien président François Hollande conduite par le journaliste Samuel Etienne sur la plateforme Twitch a littéralement fait un tabac. Cet entretien de plus de deux heures, au cours duquel l'ex-chef de l'État répondait, sur un mode décontracté, aux internautes via un tchat dédié, a rassemblé pas moins de 84.000 spectateurs et généré par la suite 650.000 replays

Avec sa petite confession - son "plus grand regret" est de ne pas avoir pu se représenter en 2017 - et son tacle humoristique aux Youtuber McFly et Carlito, François Hollande peut se targuer d'avoir généré "la plus grosse audience mondiale de Twitch à cet instant précis", selon la journaliste spécialisée du Figaro Chloé Woitier. Un succès qui inspire. Le Premier ministre, Jean Castex, sera en effet l'invité, à son tour, de Samuel Etienne sur Twitch dimanche 14 mars à 18 heures. 

Son exploit ne fait d'ailleurs pas de François Hollande le premier responsable politique à privilégier la plateforme de streaming vidéo en direct qui rassemblerait quelque 5 millions d'utilisateurs mensuels en France. Depuis le 24 février, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lancé une nouvelle émission mensuelle, baptisée #SansFiltre, qui se donne pour mission de "débriefer" le conseil des ministres et les décisions du gouvernement à destination de la jeunesse, dans un studio spécialement aménagé à l'Élysée et entouré d'influenceurs. La première émission, certes critiquée par la suite, a permis à l'exécutif de capter une audience non négligeable de près de 200.000 personnes l'espace d'une soirée. 

Lire aussi

Capter l'attention de la jeunesse

Le projet du porte-parole devait initialement voir le jour à l'automne, à la demande expresse d'Emmanuel Macron, mais il avait été reporté en raison des contraintes liées à la crise sanitaire. L'initiative s'inscrit dans un projet plus global de l'Élysée, visant à (re)nouer le dialogue avec une jeunesse fortement perturbée par la crise sanitaire depuis un an. Quelques jours plus tôt, Emmanuel Macron avait lancé son défi aux Youtuber McFly et Carlito, leur promettant de les recevoir quand leur vidéo consacrée aux gestes barrières dépasserait les 10 millions de vues. 

Le chef de l'État manifeste d'ailleurs depuis un bon moment son intérêt pour les nouveaux formats d'interview, comme en témoigne son très long passage chez Brut, début décembre, via l'application Snapchat. Cet échange sans filtre avec les journalistes avait été suivi par plus de 7 millions de personnes, suscitant plus de 100 millions de "Snaps", selon le média en ligne, soit une audience historique pour l'application.  

Gabriel Attal, de son côté, avait déjà multiplié auparavant les incursions sur d'autres réseaux sociaux. Fort de quelque 72.000 abonnés sur son compte Instagram, le secrétaire d'État de 31 ans a pris l'habitude d'organiser, le dimanche sur cette plateforme, des lives en partenariat avec des influenceurs connus. 

Des pratiques qui se généralisent

Avec plus ou moins de réussite, de nombreux responsables politiques ont d'ores et déjà mis le pied dans plusieurs de ces plateformes. En particulier parmi ceux qui se projettent vers la présidentielle de 2022. Déjà féru de sa chaîne YouTube (508.000 abonnés), le député LFI Jean-Mélenchon, particulièrement rompu aux nouveaux médias en ligne, dispose lui aussi d'une chaîne Twitch, avec plus de 70.000 followers, et un compte Instagram (près de 100.000 followers). Il a entre outre recours à un autre réseau prisé des plus jeunes, TikTok, à l'instar d'Emmanuel Macron qui a inauguré son compte l'été dernier.

Arnaud Montebourg, autre candidat possible à la prochaine présidentielle, s'est porté de son côté sur un autre réseau, lundi soir, pour une discussion d'une heure à l'intiative de "Pol House" : ClubHouse, la dernière trouvaille du monde politique, sorte de salon virtuel. Sur cette plateforme entièrement audio, accessible uniquement par cooptation, on trouve désormais des ministres, ainsi que des personnalités de l'opposition. Si ClubHouse se révèle plus confidentiel, ses utilisateurs louent notamment la proximité qu'il offre, à l'abri des grands clashes auquel les ont habitués les grands sociaux. Bref, entre toutes ces plateformes, les hommes et femmes politiques ont désormais un arsenal de modes de communications alternatifs qui devraient être largement mobilisés lors des prochaines élections. A condition, bien sûr, de savoir les utiliser à bon escient. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter