Politique

OPPOSITION - Mediapart a révélé mercredi que la femme de l'ancien président de l'UMP était employée depuis plusieurs années par son mari à l'Assemblée nationale. Une pratique fréquente, mais strictement encadrée.

Nouveau rebondissement à l'UMP. Le parti, qui semble au bord de l'implosion depuis la révélation de l'affaire Bygmalion, voit chaque jour une autre boule puante s'ajouter à la liste. Mercredi, c'est Jean-François Copé qui en a été la cible. Selon le site d'informations Mediapart , Nadia Copé, la femme de l'ex-patron du parti, est salariée de l'Assemblée nationale depuis six ans, en tant qu'assistante parlementaire de son mari. Ce pour un salaire de 4.750 euros.

Employer son conjoint ? Une pratique tout à fait légale, d'ailleurs Jean-François Copé n'est pas le seul à faire travailler un proche au sein de son cabinet. Au 1er janvier 2012, quelques 80 collaborateurs de l'Assemblée nationale sur 2.000 étaient membres de la famille d'un député, qu'ils soient conjoint, parent, enfant ou autre. En septembre 2012, Claude Bartolone, nommé quelques mois plus tôt président de l'Assemblée nationale, avait ainsi confirmé que sa femme travaillait au sein de son cabinet. La pratique est suffisamment fréquente pour que le règlement de l'Assemblée prévoit un cadre à ces "contrats familiaux". Par exemple, leur salaire ne peut dépasser la moitié de l'enveloppe allouée à chaque député pour payer ses collaborateurs, soit 4.752 euros sur un total de 9.504.

Fuites en série à l'UMP

Cependant, la question des conjoints collaborateurs fait de plus en plus polémique chez les parlementaires. Afin de limiter les abus, les lois sur la transparence qui ont suivi l'affaire Cahuzac imposent désormais de déclarer l'identité des collaborateurs des parlementaires. "A l'Assemblée nationale, ce sont, à ma connaissance, 2.400 personnes qui, en quelque sorte, n'existent pas. Il est temps de les sortir de l'ombre et de reconnaître leur travail", avait lancé lors du débat dans l'hémicycle Jean-Jacques Urvoas, président PS de la commission des Lois. Une façon également d'empêcher les emplois de complaisance.

Cette découverte du statut de la femme de Jean-François Copé n'est que la dernière d'une série de fuites révélées par la presse ces derniers jours sur le train de vie des membres de l'UMP. 24.000 euros de billets d'avions payés par le parti à Nadia Copé, l'épouse du député-maire de Meaux, factures de téléphone astronomiques réglées aussi par le parti pour l'eurodéputée Rachida Dati, Xavier Bertrand accusé de prendre des vacances aux frais de l'UMP, autant de révélations qui viennent affaiblir l'image de la droite.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent