"Un dysfonctionnement grave" : Christophe Castaner accable l'ex-préfet Delpuech dans la gestion de "l'acte 18"

Politique

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

EXPLICATIONS - Convoqué par la commission des lois du Sénat, Christophe Castaner a justifié à nouveau l'éviction du préfet de police de Paris Michel Delpuech en raison d'un "défaut grave de management" au sujet d'un "changement de doctrine", notamment sur l'usage plus mesuré des lanceurs de balles de défense (LBD).

Christophe Castaner enfonce le clou. Interrogé mardi par la commission des lois du Sénat, le ministre de l'Intérieur a de nouveau accablé l'ancien préfet de police Michel Delpuech, limogé pour sa gestion de "l'acte 18" des Gilets jaunes, samedi dernier, et remplacé par le préfet de Nouvelle Aquitaine Didier Lallement. Le préfet évincé a été qualifié de "fusible" par l'opposition, pour laquelle la responsabilité des événements de samedi incombe directement à Christophe Castaner. 

"Le préfet Delpuech est un grand préfet", avec "un sens de l'Etat remarquable", a pris soin de souligner, en préambule, le premier flic de France, secondé devant les sénateurs par son secrétaire d'Etat Laurent Nunez. "Mais", a-t-il immédiatement poursuivi, "un changement de doctrine pris sans l'assentiment du gouvernement" a constitué un "dysfonctionnement grave" et un "défaut de management", a jugé Christophe Castaner. 

Usage trop modéré du LBD

D'après Laurent Nunez, des "instructions" ont été données au sein de "certains services" de la préfecture de police, appelant les forces de l'ordre à "une utilisation plus prudente, plus mesurée des lanceurs de balle de défense" (LBD). "Cela ne correspondait pas à des instructions données par les ministres."

Lire aussi

Selon Christophe Castaner, Michel Delpuech lui a signalé que "ces instructions n'étaient pas remontées jusqu'à lui". Ainsi, précise le ministre de l'Intérieur, l'ex-préfet de police n'a pas été informé d'un "changement de doctrine d'usage pris au sein de la préfecture de police, sans l'assentiment des ministres". 

Le patron de Beauvau, assurant ne pas vouloir "remettre en cause l'homme", estime que les dysfonctionnements concernaient le moindre recours au LBD - arme polémique pour le nombre de blessés que son usage a engendré ces dernières semaines -, mais aussi les choix tactiques en termes de "mobilité" et "d'interpellations". Le préfet de police a-t-il "désobéi" au gouvernement ? "Je ne crois pas", répond Castaner. "Mais", répète le ministre, "il y a eu un défaut grave de management sous l'autorité du préfet de police". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter