Un jeune cadre FN condamné pour diffamation envers un prof

Un jeune cadre FN condamné pour diffamation envers un prof

JUSTICE - Loïc Bouzat, secrétaire FN de la jeunesse dans l'Aude, a envoyé en 2011 une lettre dénonçant l'enseignement d'un prof d'histoire, membre du PCF. Il vient d'être condamné à une amende de 2.500 euros pour diffamation.

C'est une lettre d'une dizaine de lignes qui coûte cher à Loïc Bouzat. Ce jeune responsable du Front national a été condamné ce jeudi à Narbonne (Aude) pour "dénonciation calomnieuse" d'un professeur d'histoire. L'affaire remonte à mai 2011 quand le secrétaire FN de la jeunesse de l'Aude, écrit au proviseur d'un lycée de Narbonne pour dénoncer l'enseignement d'un professeur d'histoire, responsable de la CGT et membre du PCF. Il y contestait des propos, selon lui tenus en classe, qu'il jugeait "diffamants et insultants à l'égard du Front national". Loïc Bouzat demandait donc au proviseur que soit respectée "l'obligation de neutralité due à son métier".

Cette lettre rendue publique sur de nombreux sites d'extrême droite , et reprise notamment sur le blog de Bruno Gollnisch , a poussé le professeur, Xavier Verdejo, à porter plainte. Renvoyée une première fois , l'affaire a donc été jugée ce jeudi au tribunal correctionnel de Narbonne.

"Un redresseur de torts"

A l'audience, l'enseignant âgé 61 ans qui se présente comme un historien de la classe ouvrière, a rapporté avoir seulement consacré "cinq minutes de l'année scolaire à Jean-Marie Le Pen et au FN", de la création du Front national jusqu'au "choc du 21 avril" 2002. Xavier Verdejo avait également rappelé en cours comment Jean-Marie Le Pen avait déclaré que "les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la Seconde guerre mondiale" et indiqué que le fondateur du FN était "accusé d'avoir torturé en Algérie".

Pour le procureur, le militant FN "est le redresseur de torts: il dit à un enseignant comment on doit enseigner l'histoire, il s'est mis en tort pénalement, moralement et démocratiquement". Le parquet a ainsi réclamé une peine de deux mois de prison avec sursis.

La présidente n'est pas allée aussi loin puisqu'elle a condamné Loïc Bouzat, âgé de 24 ans, à 5.000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis, et 1.500 euros de dommages et intérêts. Mais elle l'a reconnu jugé "coupable" d'avoir diffamé le professeur sur la base de simples "sous-entendus". De fait c'est l'ex-petite amie du prévenu, élève de Xavier Verdejo, qui lui avait rapporté les dires du professeur lors d'un repas de famille.

À LIRE AUSSI >> Le Qatar porte plainte contre Florian Philippot pour diffamation

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Israël/Palestine : plus de 150 morts depuis la reprise des violences, l'essentiel à Gaza

Covid-19 : ces pays européens qui ont déjà assoupli les règles aux frontières pour les touristes

Que devient Abi Bernadoth, le gagnant de "The Voice" ?

EN DIRECT - Covid-19 : la pression hospitalière toujours à la baisse, moins de 4300 patients en réa

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.