Un nouveau bac en 2021, apprentissage, universités… que prévoit le gouvernement Philippe pour l’éducation ?

DirectLCI
APPRENTISSAGE – Pointant du doigt les nombreux échecs scolaires, le Premier ministre a détaillé les principales mesures qu’il voulait mettre en œuvre en matière d’éducation. LCI fait le point.

Dans son discours de politique générale, le Premier ministre Edouard Philippe, qui a précisé être "deux fois fils de prof" n’a pas manqué de parler de l’école. S’il explique que la France forme "très bien les très bons", il dénonce aussi un système scolaire qui participe  à creuser "les inégalités et le niveau moyen de nos élèves" en laissant sortir chaque année "près de 10.000 jeunes sans qualification". Le constat dressé, place aux mesures souhaitées par le gouvernement. 

Parce que 60% des bacheliers échouent au niveau de la licence, Edouard Philippe souhaite réformer le diplôme du baccalauréat. Il est prévu qu’il soit discuté à partir de la rentrée et mis en œuvre en 2021 avec un objectif : "Resserrer les épreuves finales autour d'un plus petit nombre de matières et de définir ce qui relève du contrôle continu". Un serpent de mer bien connu des lycéens. Le gouvernement fera-t-il mieux que ses prédécesseurs en la matière ?

Pour limiter l’échec scolaire, le Premier ministre prévoit de renforcer l’apprentissage et l’alternance, et donc les liens entre le lycée professionnel et le monde de l’entreprise. Il souhaite également que "le lycée professionnel" soit mieux intégré avec "les filières post-bac courtes" comme les BTS et les licences professionnelles et que des diplômes de qualification à bac+1 soient proposés après le baccalauréat professionnel.

Afin de mieux orienter les futures générations, Edouard Philippe prévoit de mettre en place pour les lycéens des "'contrats de réussite étudiante’, qui leur indiquent les pré-requis pour réussir dans la filière visée". Cette réforme, prévue pour la rentrée 2018, devrait pouvoir garantir aux étudiants "un réel droit au retour à l’université" pour compléter les acquis.

Comme l’a précédemment annoncé le ministre de l’Education pour l’école et le collège, le Premier ministre souhaite donner plus d’autonomie aux universités dès la rentrée prochaine. "Avec l’appui des organismes de recherche, elles doivent continuer à gagner en autonomie, travailler en réseau et se rapprocher du monde économique", a-t-il déclaré, tout en confirmant que "les efforts d’investissement ne seront pas relâchés".



Le chef du gouvernement a également évoqué le service national, promis par Emmanuel Macron, mais il faudra atteindre la fin de l’année pour en connaître les modalités. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter