Un plaignant veut interdire au FN de s'appeler Rassemblement national

Politique
DirectLCI
PROCEDURES - Igor Kurek, un plaignant qui revendique l'appellation Rassemblement national officialisée vendredi par Marine Le Pen, a indiqué samedi à LCI qu'il allait déposer un nouveau référé pour faire "casser la vente" du nom. Cette démarche s'ajoute à une procédure déjà bien lourde qui ne semble pas inquiéter Maître Frédéric-Pierre Vos, l'avocat qui a acquis le nom pour le compte du FN.

Marine Le Pen peut officialiser tant qu'elle veut le nom "Rassemblement national", il ne lâche pas une miette. Igor Kurek, le plaignant qui revendique la propriété de cette marque politique, a indiqué samedi à LCI, au lendemain de l'annonce de Marine Le Pen à Lyon, qu'il allait déposer un nouveau référé la semaine prochaine pour contester la vente du nom conclue en février 2018. 


Celui qui se revendique "président du Rassemblement national" conteste les conditions dans lesquelles la cession du nom de son association a été organisée. Il a déjà déposé plainte en mars pour "faux et usage de faux" contre Frédérick Bigrat, l'homme qui a cédé le nom à maître Frédéric-Pierre Vos, l'avocat mandaté par l'ex-FN, au motif qu'il ne faisait plus partie de l'association lorsqu'il a signé la transaction. "Je vais faire un référé d'urgence pour casser la vente", a précisé Igor Kurek à LCI. "Ce n'est pas dirigé contre Marine Le Pen, mais contre Frédérick Bigrat. Une fois que nous aurons cassé la vente, nous attaquerons Marine Le Pen en dommages et intérêts."

Procédurier et tenace

Pour étayer ses propos, Igor Kurek brandit plusieurs documents. Dont un émanant de la préfecture de police, qui rejette la demande de dissolution de l'association Rassemblement national faite en mars par Frédérick Bigrat. "Nous avons déjà deux plaintes au pénal, cette fois nous réclamons la suspension immédiate de cette vente", poursuit Igor Kurek, convaincu que la justice prendra une décision "très rapide" à ce sujet. 


Ces nouvelles menaces ne semblent pas pour l'heure inquiéter maître Frédéric-Pierre Vos, qui reste officiellement le propriétaire du nom Rassemblement national en attendant de le céder à son tour à Marine Le Pen. L'avocat est convaincu que la justice confirmera la validité de l'achat de la marque déposée à l'INPI. "Quand on ne sait pas à qui appartient une voiture, on regarde sa carte grise", explique-t-il à LCI. "Pour le dépôt de marque, c'est pareil. Regardez sur le site de l'INPI, vous verrez que c'est moi qui suis le propriétaire." 

"Une coquille vide"

Pour l'avocat de l'ex-FN, l'association d'Igor Kurek est "une coquille vide", et ce dernier n'est "président de rien du tout". Fin mars, Igor Kurek a toutefois pris soin de transmettre à la préfecture de police le procès-verbal du nouveau bureau de l'association, histoire de consolider son dossier. 


S'il assure ne pas s'inquiéter, Frédéric-Pierre Vos a décidé d'assigner à son tour Igor Kurek en "contrefaçon", afin de pouvoir transmettre la marque Rassemblement national à Marine Le Pen dans de bonnes conditions. Il avait demandé à la justice de statuer avant l'officialisation par Marine Le Pen ce vendredi. Manifestement moins pressé que lui, le tribunal a remis sa décision au 14 septembre prochain. D'ici là, c'est l'avocat qui conservera "les clés du jardin". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter