Un Premier ministre invité de l'université d'été du Medef, est-ce vraiment inhabituel ?

Jean Castex ne sera pas le premier Premier ministre à s'exprimer devant le Medef.
Politique

À LA LOUPE – Jean Castex inaugurera l'université d'été du Medef à la fin août. Une annonce raillée par des internautes lui reprochant de défendre les intérêts du patronat. Il s'agit pourtant d'un rendez-vous habituel pour les locataires de Matignon, tous bords politiques confondus.

Programmée le 26 et 27 août à Paris, l'université d'été du Medef a été renommée cette année "Renaissance des entreprises de France (REF)". Pour l'inaugurer, le Premier ministre sera présent en personne, comme l'a dévoilé dans ses colonnes le JDD. Dans son discours, il sera forcément question d'économie, au regard du contexte actuel lié à la crise du Covid-19. L'occasion sans doute pour Jean Castex d'évoquer le plan de relance mis au point par l'exécutif et "chiffré à au moins 100 milliards d'euros" comme le rappelle l'hebdomadaire.

La présence annoncée du Premier ministre à un événement mis sur pieds par le patronat fait réagir en ligne. "On sait clairement d'où va venir la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois", grincent ainsi les gérants d'une page Facebook suivie par plusieurs centaines de milliers de personnes. "Le message est très clair. Reçu 5 sur 5", renchérit une internaute. Mais lorsque l'on remonte dans le temps, on s'aperçoit pourtant que pour les responsables politiques, ces rendez-vous sont habituels, qu'ils soient de droite comme de gauche. Et ils profitent généralement de leurs passages à la tribune pour exposer leur vision de l'entreprise et de l'économie. 

Lire aussi

Valls, Ayrault, Philippe…

De là à affirmer qu'untel ou unetelle "roulerait" pour le patronat ? Le raccourci est facile, mais généralement contredit par les faits. Les pensionnaires de Matignon sont en effet nombreux à s'être rendus à l'université d'été du Medef. "Quasiment tous les premiers ministres sont intervenus à LaREF (ex universités d’été du Medef) depuis qu’elle existe : Jean-Marc Ayrault en 2012, Manuel Valls en 2014 ou encore Edouard Philippe en 2018", souligne à LCI l'organisation patronale. "L’événement a également accueilli un président de la République en exercice, Nicolas Sarkozy, en 2007."

Le Medef souligne par ailleurs que l'intervention du Premier ministre "prend tout son sens lorsque l'on se penche sur le calendrier". En effet, le plan de relance du gouvernement, dont les premiers éléments ont été dévoilés mi-juillet, sera dévoilé le 25 août, la veille du lancement de cette université d'été. Un moment politique important pour Jean Castex, qui doit lui permettre d'esquisser les contours d'une sortie de crise et permettre d'y voir plus clair sur la stratégie gouvernementale en matière de relance de l'économie. 

Des rendez-vous pour confronter les idées

S'il n'est pas rare de voir des Premiers ministres, en exercice ou non, se rendre à la tribune du Medef, de nombreux responsables politiques s'y présentent aussi, quelle que soit leur couleur politique. Si ceux étiquetés à droite, Nicolas Sarkozy en tête, sont souvent les plus plébiscités par l'auditoire patronal, on retrouve néanmoins une diversité notable d'invités lors de ces rencontres, et ce depuis plus de dix ans.

Cette année, l'ancien Premier ministre Manuel Valls retournera ainsi à la tribune, mais il ne sera pas le seul responsable politique étiqueté à gauche ou au centre gauche à prendre la parole. Yannick Jadot, député européen EELV sera également de la partie. Lors des précédentes éditions, des personnalités assez éloignées du positionnement politique du Medef ont, elles aussi, pris part à ces rencontres. En 2005, les organisateurs avaient ainsi convié Jean-Claude Mailly et François Chérèque, respectivement secrétaires généraux de Force Ouvrière et de la CFDT. Pas vraiment des libéraux convaincus. Visiblement pas échaudés par leur passage, ils y sont tous deux retournés deux ans plus tard, en 2007. 

Raffarin très critiqué en 2004

Des responsables politiques dans le collimateur du Medef se sont aussi rendus à ces universités d'été, à l'instar de Jean-Pierre Raffarin. L'ancien Premier ministre est un habitué de ces rendez-vous, mais il faut se souvenir qu'il n'a pas toujours été en odeur de sainteté dans les rangs de l'organisation patronale. L'ancien patron du Medef, Ernest-Antoine Seillière, avait ainsi critiqué sans ménagement le chef du gouvernement en 2004, sous la présidence de Jacques Chirac. Raffarin s'était alors vu reprocher de n'avoir "rien fait" pour les entreprises à Matignon.

En résumé, si les universités d'été du Medef rassemblent des libéraux dont la filiation idéologique avec la droite est traditionnelle, il ne s'agit pas d'un événement aussi marqué politiquement que la Fête de l'Humanité, où le PCF joue un rôle central. Il n'est donc pas surprenant de retrouver à ces rencontres des personnalités politiques de différents bords. Jean Castex, en s'y déplaçant cet été, ne fera qu'imiter les trois précédents Premiers ministres, qui ont tous profité de cette tribune pour échanger autour de leur programme économique et de leur vision de l'entreprise. Le gouvernement actuel ne se distingue donc pas des précédents sur ce point. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent