Ce député se démène pour destituer François Hollande

Politique

Toute L'info sur

Les confidences de François Hollande

PARLEMENT – Le député LR Pierre Lellouche a rédigé une proposition de résolution visant la "destitution" du Président François Hollande suite aux révélations concernant la sécurité nationale contenues dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça ".

Le livre de confessions de François Hollande n’en finit pas de faire des vagues. Après l'avoir évoqué publiquement, le député LR Pierre Lellouche passe à l'action. Ce spécialiste des questions de Défense a rédigé une proposition de résolution visant la "destitution" du président de la République. La raison ? Les divulgations d'"informations secrètes concernant la sécurité nationale" contenues, selon lui, dans l'ouvrage signé des journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme "Un président ne devrait pas dire ça ". 

En vertu de l'article 68 de la Constitution qui  établit que le président de la République, également chef des armées, ne peut être destitué "qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat", l'élu de Paris soumet sa résolution au vote de ses collègues parlementaires afin d'obtenir au moins 58 signatures. Une fois ce nombre atteint, explique Pierre Lellouche, la résolution peut être "transmise au Bureau de l’Assemblée nationale avant de poursuivre son examen en Commission des lois puis en séance publique".

"Faire la lumière sur l'étendue des révélations"

Plusieurs points abordés dans le livre ont en effet fait bondir des députés de l'opposition à l'image d'Eric Ciotti, qui vient de saisir le procureur de la République de Paris pour violation du secret défense. Ce dernier fait référence à un article paru dans Le Monde le 24 août dernier dans lequel le plan d'un projet de frappes en Syrie datant de 2014 est divulgué. Dans sa proposition de résolution, publiée par le site Huffington Post, Pierre Lellouche évoque en outre les révélations concernant la libération d'otages français ou l'aveu de réalisations d'assassinats ciblés de terroristes sous la responsabilité de François Hollande, les fameuses opérations "homo". Des opérations par définition secrètes qui ont néanmoins été détaillées en janvier 2015 avec la parution de l'ouvrage du journaliste Vincent Nouzille "Les tueurs de la République". 

Au regard des informations révélées, écrit Pierre Lellouche, "la mise en œuvre de l'article 68 parait donc indispensable, ne serait-ce que pour faire la lumière sur l'étendue des informations secrètes ou confidentielles relevant de la sécurité nationale". 

En vidéo

"Un président ne devrait pas dire ça" : les confessions de François Hollande décryptée

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter