Un recul de l'âge des retraites ? Le responsable de la réforme Jean-Paul Delevoye attend une "clarification" de l'exécutif

Un recul de l'âge des retraites ? Le responsable de la réforme Jean-Paul Delevoye attend une "clarification" de l'exécutif

AGACEMENT - Les récentes déclarations de certains ministres en faveur d'un recul de l'âge de départ à la retraite ont, semble-t-il, un peu agacé Jean-Paul Delevoye,. Si le système "universel" voulu par Emmanuel Macron promet de maintenir un âge de départ légal à 62 ans, le Haut commissaire en charge de la réforme attend une "clarification".

Et si le principal intéressé dans le dossier des retraites claquait la porte ? C'est en tout cas ce qu'on pourrait penser à la lecture de l'article du Canard Enchainé, qui a rapporté la menace d'une démission de Jean-Paul Delevoye, Haut commissaire chargé de la réforme des retraites. 

Alors qu'Agnès Buzyn et Gérald Darmanin ont, tour à tour, posé la question de l'âge de départ à la retraite sur LCI, Jean-Paul Delevoye a fait savoir à l'AFP par l'intermédiaire de son entourage qu'il attendait "une clarification sur un éventuel recul de l’âge de départ à la retraite, en dehors du cadre des travaux et de la concertation qu’il mène sur la réforme des retraites". 

Toute l'info sur

La présidence Macron

Lire aussi

"Il n’a pas pour autant posé d’ultimatum au gouvernement, mais si les engagements pris devant les partenaires sociaux concernant l’âge minimum étaient remis en cause, il en tirerait les conséquences", indique cette même source. Entre les lignes, il semblerait que le Haut commissaire préférerait démissionner plutôt que de renier les engagements pris. D'ailleurs, le Canard Enchainé l'affirme. Il aurait déclaré à ses proches : "Plutôt partir que de faire ça". "Il en tirerait les conséquences", a ajouté une source proche de l'ancien ministre auprès de LCI, qui fait valoir que, "dans ce cas-là, la réforme ne pourrait tout simplement pas se faire car la confiance avec les syndicats serait alors rompue."

Lire aussi

Des ministres favorables au recul de l'âge légal de départ à la retraite

Sans doute les déclarations successives d'Agnès Buzyn, ministre de la Santé et Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, ont-elles dû achever de le convaincre qu'il fallait que tout cela soit clarifié. Ce lundi 1er avril, Gérald Darmanin avait affirmé "qu’il y a une question de savoir si on fait une réforme d’âge". "Je l’ai déjà dit. Indépendamment de la réforme Delevoye, je suis plutôt favorable" à un recul, avait déclaré le ministre. 

Autre déclaration, celle d'Agnès Buzyn sur LCI, dimanche 17 mars. La ministre de la Santé avait, elle, dit ne "pas" être "hostile" à l'idée de retarder l'âge de départ, n'excluant pas de "proposer un allongement de la durée de travail". Mais face à la polémique née de ses propos, elle avait dû clarifier ceux-ci et avait assuré qu'"aucune modification de l'âge minimal de départ à la retraite n'est envisagée, ni sur la table des négociations que pilote le haut commissaire à la réforme des retraites", Jean-Paul Delevoye.

A la mi-mars, c'est le Premier ministre lui-même qui avait indiqué que la future réforme des retraite ne toucherait pas à l'âge légal de départ, tout en affirmant qu'il était ouvert à l'idée de travailler plus longtemps pour financer la prise en charge des personnes dépendantes. 

Le maintien de l'âge légal, fixé à 62 ans, a été "confirmé, tant part le Premier ministre (Édouard Philippe) que par la ministre de la Santé (Agnès Buzyn)" et "le contrat que nous avons engagé avec les partenaires sociaux ne change pas d'un iota", avait souligné le 21 mars dernier Jean-Paul Delevoye sur France Inter. Tout en reconnaissant malgré tout qu'il y avait "une confusion autour de l'âge", après que le gouvernement a ouvert la porte à un allongement de la durée de travail pour financer la future réforme de la dépendance. Moins de quinze jours plus tard, la confusion est sans doute de savoir s'il faut partir ou rester. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Sans le nommer, Emmanuel Macron critique Eric Zemmour sur les prénoms

Diagnostics énergétiques : mauvaise surprise pour les propriétaires

Éric Zemmour sur LCI : nous avons vérifié 6 de ses déclarations

REVIVEZ - PSG-Manchester City (2-0) : la soirée magique de Paris, premier but de Messi

Déremboursement des tests : esquiver le pass sanitaire jusqu'au 15 novembre, une stratégie viable ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.