Une centaine de maires lance un appel à l'aide à Emmanuel Macron en faveur des quartiers défavorisés

Une centaine de maires lance un appel à l'aide à Emmanuel Macron en faveur des quartiers défavorisés

TERRITOIRES - Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, quelque 150 maires réclament qu'1% du plan de relance soit "sanctuarisé" pour les territoires en décrochage, dont la "détresse sociale et économique" a été accentuée par la crise sanitaire.

La crise sanitaire a accentué la "détresse sociale et économique" des quartiers défavorisés, dénoncent des élus locaux dans un courrier adressé à Emmanuel Macron ce samedi 14 novembre. Pour leur venir en aide et ne pas aggraver les inégalités à la fin de l'épidémie de Covid-19, cette centaine de maires réclame au chef de l'État un coup de pouce. Ils proposent qu'1% du fond de solidarité de 100 milliards d'euros, censé aider la France à faire face à la récession de 2020 à 2022, leur soit réservé. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Les dernières infos sur l'épidémie

Lire aussi

Ils aimeraient que cette somme permettent prioritairement de venir en aide aux "associations œuvrant pour la jeunesse et les publics en difficulté", à "la création de comités locaux de solidarité" et de "maisons médicales et de centres de santé" dans les villes les plus pauvres, ainsi qu'à "la mobilisation des acteurs de l'emploi". L'argent permettrait également de créer 7000 postes de médiateurs, de développer un plan national de lutte contre l'illettrisme ou encore de renforcer des programmes d'éducation aux médias et au numérique dans les collèges et lycées.

Les 150 maires ou présidents d'agglomérations appellent le président de la République à honorer les engagements pris en 2018  après la remise d'un rapport par l'ancien ministre Jean-Louis Borloo sur les quartiers défavorisés. Celui-ci proposait 19 programmes et 48 mesures pour "faire revenir la République" dans les quartiers face au "repli identitaire et communautaire", ainsi que la création d'un fonds de 5 milliards d'euros.

"La haine et le repli sur soi prospèrent à mesure que la rupture sociale et la pauvreté augmentent"

Aujourd'hui, les signataires constatent que "les villes et quartiers populaires restent un angle mort du plan de relance : aucune mesure ambitieuse n'a été prise pour répondre à la détresse sociale et économique qui frappe nos communes". Selon eux, le "virus" du "décrochage à la République" se développe "dans nos quartiers et même au-delà". Ils pensent qu'"il serait irresponsable de nier que la haine et le repli sur soi prospèrent à mesure que la rupture sociale et la pauvreté augmentent".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Pfizer assure que l'UE sera livrée comme prévu au premier trimestre, selon Ursula von der Leyen

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter