Une défaite aux régionales sonnerait comme une "fin de carrière politique" pour Valérie Pécresse

Valérie Pécresse, en quête d'un second mandat à la tête de la région Île-de-France

POLITIQUE - À l'instar de Xavier Bertrand au début du mois, la présidente de la région Île-de-France a assuré lundi qu'une défaite aux prochaines élections régionales "sonnerait la fin de (sa) carrière politique".

Un scrutin qui pourrait sceller l'avenir politique de Valérie Pécresse. L'actuelle présidente d'Île-de-France s'est engagée ce lundi à mettre fin à "sa carrière politique" en cas de défaite lors des prochaines élections régionales. "Ce rendez-vous des régionales est un rendez-vous très important avec mes administrés, je leur ai tout donné pendant cinq ans et donc ce sera à eux de décider quel est mon avenir politique", s'est-elle justifiée. "Si les Franciliens pensent que je peux être le rempart qui les protège, ils voteront pour moi, s'il pense que quelqu'un d'autre fera mieux le travail, à ce moment-là, ça sonnera effectivement la fin de ma carrière politique", ajoute l'élue "Libres!" qui emboîte ainsi les pas de son rival Xavier Bertrand. Le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand, candidat déclaré à la présidentielle, avait également assuré le 2 avril que s'il perdait aux régionales de juin, "c'en sera terminé de (sa) vie politique".

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

En ballotage favorable

Pressentie pour rejoindre la bataille à droite en vue de la présidentielle, Valérie Pécresse reste pour l'instant concentrée sur l'Île-de-France où elle brigue un second mandat à la tête de la région. Une quête qui semble plutôt bien partie si l'on en croit  le dernier sondage Ipsos Sopra-Steria pour franceinfo et Le Parisien, publié samedi 10 avril. Selon l'enquête, la liste de l'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche serait nettement en tête du premier tour avec 34% des voix, devant celle du Rassemblement National (17%). Les divisions à gauche mineraient leurs chances de succès tandis que la liste présidentielle subirait une cuisante défaite (11%). 

Lire aussi

En ballotage favorable, l'ex-députée des Yvelines se dit vigoureusement opposée au report des prochaines élections régionales, pour l'instant programmées en juin prochain. "Ma conviction, c'est qu'il n'y a pas de motif impérieux pour déplacer une deuxième fois les élections régionales et départementales", a ainsi asséné Valérie Pécresse fustigeant un parti présidentielle recherchant "désespérément un prétexte de report" pour éviter une "déroute électorale"

"J'ai la conviction que si on votait ce 2e report des élections, l'objectif, c'est d'en voter un 3e, l'objectif, c'est qu'il n'y ait pas de rendez-vous électoral avant la présidentielle" de 2022, conclut-elle. 

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Nouvelle vague orageuse ce dimanche : 23 départements en vigilance orange

VIDÉO - Inondations, toits arrachés, grêlons géants... La France balayée par de violents orages

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

Invasion de souris et d’araignées en Australie : phobiques, ne regardez pas cette vidéo !

Nouveaux contaminés : le vaccin contre le Covid-19 est-il efficace ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.