Une députée PS remplacée par sa belle-fille : cette dernière justifie sa nomination

Une députée PS remplacée par sa belle-fille : cette dernière justifie sa nomination

Politique
DirectLCI
EN FAMILLE - Sandrine Hurel, députée PS de Seine-Maritime, a confié son mandat à sa belle-fille, qui est sa suppléante, afin de pouvoir poursuivre une mission confiée par le gouvernement. Face aux accusations de népotisme, cette dernière se défend auprès de metronews.

Politique et famille ne font pas toujours bon ménage. Après avoir été épinglées par le blog Les Cuisines de l'Assemblée , la députée PS Sandrine Hurel et sa suppléante, Marie Le Vern, sont les cibles des critiques de l'opposition. 

La droite critique la nomination de la suppléante à la fonction de députée de Haute-Normandie, Sandrine Hurel ayant quitté son mandat afin de poursuivre une mission sur la vaccination confiée par le Premier ministre, Manuel Valls. Ce qui met le feu aux poudres, c'est que Marie Le Vern est la belle-fille de Sandrine Hurel, mais aussi la fille de l'ex-président PS de la région Haute-Normandie Alain Le Vern. Les auteurs du blog pointent également un tour de passe-passe légal pour éviter de convoquer des élections législatives partielles qui risquent de compliquer les affaires du PS.

"Piston", accusations de népotisme, l'opposition n'a pas manqué de dégainer face à ce petit arrangement politique. A l'instar d'Hervé Morin, candidat de la droite aux régionales en Haute-Normandie : 

Sollicitée par metronews, la députée, qui laissera sa place jeudi à sa suppléante, n'était pas disponible pour nous répondre mercredi. En revanche, Marie Le Vern, jusqu'ici élue au conseil départemental de Seine-Maritime, a tenu à défendre sa nomination par sa belle-mère. "C'est de l'ordre de l'intime, de la vie privée, justifie-t-elle auprès de metronews. Du reste, c'est une situation que tout le monde connaissait. La droite avait tenté de l'utiliser sans succès avant les législatives de 2012."

"Mon patronyme est bien connu"

Est-il pour autant normal que la fille d'un ancien président de région soit nommée députée par sa belle-mère ? "J'ai commencé ma carrière politique avant d'avoir ces liens [avec Sandrine Hurel], explique l'élue de 32 ans. En 2007, j'étais candidate dans la 12e circonscription de Seine-Maritime alors que Sandrine Hurel l'était dans la 11e. Par la suite, la droite a décidé de fusionner ces deux circonscriptions. Les militants ont alors demandé à Mme Hurel de me choisir comme suppléante."

La future députée concède tout juste que son patronyme "est bien connu et bien identifié" dans la région. Outre son père et sa belle-mère, sa sœur, Gwenaëlle, est élue au conseil municipal de Rouen après avoir figuré sur les listes PS aux Européennes de 2004.

En juin dernier, rapporte  Paris-normandie.fr , la droite locale avait déjà harponné Marie Le Vern pour son embauche à la Métropole Rouen-Normandie, présidée par le socialiste Frédéric Sanchez. Elle se disait alors déjà "touchée dans son intimité". Pas facile, décidément, de faire de la politique en famille.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter