Une "quatorzaine volontaire" pour les Français venant de l'étranger hors UE, annonce Jean-Yves Le Drian

Une "quatorzaine volontaire" pour les Français venant de l'étranger hors UE, annonce Jean-Yves Le Drian
Politique

DEPLACEMENT - Invité d'Elizabeth Martichoux mardi 19 mai, le ministre des Affaires étrangères est revenu sur la libre circulation des Français, notamment dans l'espace Schengen, et s'est exprimé sur le plan de 500 milliards d'euros annoncé pour relancer l'économie européenne.

Les voyageurs français et résidents permanents en France arrivant de l'étranger hors UE seront invités à se soumettre à une quatorzaine sur une base "volontaire" à compter du mercredi 20 mai, a annoncé mardi 19 mai Jean-Yves Le Drian sur LCI.

"A partir de mercredi, nous allons demander aux Français (...) qui rentrent en France et (à ceux) qui résident en France de se soumettre volontairement à une quatorzaine", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, en précisant que cette mesure concernait des retours depuis "l'extérieur de l'Union européenne". 

A LIRE AUSSI

>> Suivez notre direct sur le coronavirus et le déconfinement

>> Des pays sont-ils confrontés à une deuxième vague d'épidémie ?

Lire aussi

186.000 ressortissants français rapatriés

Autrement, "les frontières extérieures à l'UE sont fermées et resteront fermées, sauf pour les Français qui reviennent (...) Dans l'ensemble de l'espace européen, il n'y a pas de fermeture des frontières de notre part, simplement des contrôles, qui seront de plus en plus souples." Avant de préciser, sur la libre circulation dans l'espace Schengen : "Nous avons des accords de réciprocité avec nos voisins européens. Si d'aventure la pandémie ne reprend pas, à partir du 15 juin, il pourrait y avoir un assouplissement général."

Jean-Yves Le Drian s'est d'ailleurs satisfait, depuis le début de la crise, du retour de 186.000 ressortissants français de passage à l'étranger "dans 140 pays différents". "Un travail gigantesque", précise-t-il. 

Le plan de 500 milliards d'euros, un "électrochoc"

Outre les questions des frontières intra-européennes et sur la libre circulation, se pose aussi celle des mesures que l'Union européenne doit prendre pour assurer la reprise économique après la crise sanitaire. Emmanuel Macron et Angela Merkel ont proposé ce lundi un plan de 500 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne. Une enveloppe qui doit aussi permettre la création d'une "Europe de la santé". Un accord franco-allemand pris "dans un contexte inédit", souligne le ministre.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Baisse de salaire ou du temps de travail : une entreprise peut-elle l’imposer pour traverser la crise ?Coronavirus : l'indemnité gouvernementale pour les travailleurs à domicile prolongée

Bien que son adoption par l'ensemble des Etats-membres de l'UE soit tout sauf une garantie, Jean-Yves Le Drian qualifie cette initiative franco-allemande de "vrai électrochoc qui montre que l'Europe sait se montrer solidaire dans les périodes de crise" : "C'est une volonté de s'engager dans l'avenir. L'Europe est au rendez-vous de sa souveraineté, sanitaire, alimentaire, numérique... Avec cet accord, on sort de la naïveté. Avec cette crise, on voit se renforcer la compétition entre puissances, notamment entre les Etats-Unis et la Chine. L'Europe ne doit pas regarder passer les trains."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent