Politique vaccinale contre le Covid-19 : l'opposition demande des comptes à Olivier Véran

Politique vaccinale contre le Covid-19 : l'opposition demande des comptes à Olivier Véran

PARLEMENT - Les députés LR réclament l'audition "en urgence" du ministre de la Santé Olivier Véran au sujet de la stratégie française à l'égard du vaccin. Un déploiement jugé trop lent par l'opposition, alors que la majorité promet de respecter les objectifs.

Olivier Véran devra-t-il bientôt s'expliquer devant les députés ? C'est en tout cas ce que réclame l'opposition LR, qui souhaite auditionner "en urgence" le ministre de la Santé au sujet de la vaccination en France. Alors que l'Hexagone n'enregistrait que 300 personnes traitées contre le Covid-19 ce jeudi, d'autres pays européens, comme l'Allemagne, alignaient déjà plusieurs dizaines de milliers de vaccinations. Un écart qui interpelle l'opposition, et en particulier la droite qui juge le processus retenu par les autorités françaises beaucoup trop lent. 

"La vaccination de masse constitue l'ultime perspective de voir notre pays sortir du contexte de crise sanitaire délétère pour l'économie", ont écrit les députés LR Damien Abad et Eric Ciotti dans un courrier adressé au président de la mission d'information parlementaire sur la gestion de l'épidémie de Covid-19, Julien Borowczyk, demandant l'audition du ministre. Or "la France vaccine aujourd'hui 10.000 fois moins vite que l'Angleterre, multipliant par quatre les délais de vaccination en raison d'une consultation pré-vaccinale, associée à un délai de rétractation de quatre jours qui compliquent et allongent inutilement la campagne vaccinale [...] La France ne peut pas être l'un des derniers pays à se faire vacciner."

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Lire aussi

"Des difficultés que les autres pays n'ont pas"

"Notre pays est en situation d'échec et de retard en matière de vaccination", a jugé Eric Ciotti, jeudi matin sur France Info. "Je voudrais savoir ce qu'il s'est passé lors de l'achat de vaccins. L'Allemagne est sortie manifestement de la stratégie unique d'achat de l'Union européenne pour acheter 30 millions de doses. Ce sont des questions que la représentation nationale doit poser. Nous demandons l'audition, le plus vite possible, du ministre de la Santé."

Le député des Alpes-Maritimes, qui pointe une "hésitation" au sein de l'exécutif, estime aussi que "c'est au gouvernement d'anticiper et de lever les problèmes logistiques", et que "nous avons des difficultés que les autres pays n'ont pas".

L'opposition socialiste et les ex-macronistes du groupe Les Nouveaux Démocrates, dont fait partie le député Aurélien Taché, dénoncent également "la lenteur" de la vaccination en France. Ce dernier a notamment réclamé jeudi "un déploiement renforcé dans son calendrier comme dans son ampleur du vaccin avec une priorité non seulement pour les résidents des Ehpad mais aussi pour les personnes vulnérables présentant des comorbidités et surtout pour l’ensemble des soignants dont la protection est indispensable".

15 à 20 millions de Français vaccinés au premier semestre 2021

Mardi, sur France 2, Olivier Véran avait "revendiqué" et "assumé" la stratégie de vaccination française consistant à maintenir l'entretien préalable, le recueil du consentement et la priorité donnée aux personnes âgées vivant dans les Ehpad. Mercredi soir, sur LCI, l'immunologue Alain Fischer, chargé par l'exécutif de coordonner cette stratégie, a assuré que, malgré ce démarrage plus lent, "le rythme de personnes vaccinées sera du même ordre de grandeur qu'avec les différents pays dans les prochaines semaines"

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a également indiqué que l'exécutif honorerait l'engagement de faire vacciner 1 million de Français d'ici fin février. À terme, selon le député LaREM Roland Lescure, 15 à 20 millions de Français seront vaccinés au premier semestre 2021. 

La polémique sur la lenteur présumée de la France dépasse le cadre politique. L'Académie nationale de médecine a pointé jeudi le démarrage "très lent" de la campagne de vaccination, jugeant les précautions prises par les autorités "excessives" compte tenu des enjeux. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Thierry Herzog et Gilbert Azibert font appel

VIDEO - Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter