Pour accélérer la cadence, la consultation pré-vaccinale est remplacée par "un dispositif plus direct"

Ces dernières 24 heures, plus de 5 000 personnes ont été vaccinées en France. Ce matin, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que de nouvelles catégories de Français pourraient bientôt se faire vacciner.

COVID-19 - Pour accélérer la cadence de la vaccination en France, le ministre de la Santé a annoncé mardi 5 janvier que la consultation pré-vaccinale serait remplacée par un dispositif "plus direct".

Accusé de lenteur dans la vaccination contre le Covid-19, le gouvernement revoit largement sa copie. Au point de remettre en question un principe retenu il y a quelques semaines à peine en amont de cette campagne : la consultation médicale préalable. 

"Nous simplifions la campagne de vaccination en remplaçant la consultation pré-vaccinale par un dispositif plus direct", a indiqué sur Twitter le ministre de la Santé Olivier Véran, qui prévoit également le déploiement de "davantage de soignants" pour vacciner et une "pré-inscription par Internet ou sur l'application TousAntiCovid".

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Des précisions apportées par le ministre juste après son interview sur RTL, où il a évoqué le cas de ces consultations vaccinales en Ehpad, qui ont contribué à ralentir le rythme de vaccination au cours de la première semaine dernière. "Nous avons désormais du recul sur la vaccination, nous pouvons donc simplifier la procédure", a indiqué Olivier Véran. "Nous allons simplifier cette consultation vaccinale en Ehpad et permettre à un médecin ou une infirmière de vacciner dans les centres."

Lire aussi

Une étape jugée nécessaire par certains médecins

La consultation pré-vaccinale, qui était organisée jusqu'ici cinq jours avant les vaccinations, vise à recueillir le consentement des patients afin d'ajuster à l'avance le nombre de doses nécessaires. Un délai contesté notamment par le syndicat de médecins généralistes MG France, qui estime qu'aucun texte n'oblige à organiser un tel rendez-vous cinq jours avant la vaccination, pas plus que le recueil d'un consentement écrit du patient. 

Cette consultation doit permettre également d'évaluer la situation clinique du patient, font toutefois valoir certains soignants. "Cette étape est fondamentale" et doit permettre "de répondre aux interrogations des patients", a ainsi expliqué Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre, à BFMTV

"Il n'a jamais été écrit nulle part qu'il faut une consultation cinq jours avant", a reconnu Olivier Véran sur RTL. Le dispositif "plus direct" pourrait donc consister à réaliser cet entretien juste avant la vaccination, comme dans une consultation classique. Dans ses recommandations de décembre, la Haute autorité de santé préconisait, sans demander de délai de cinq jours, un entretien fondé sur "l'évaluation de la situation clinique du patient", son "information sur les bénéfices et les risques de vaccin" mais également "l'expression du consentement du patient recueillie au préalable et tracée dans son dossier médical".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : pour "donner de la visibilité", un Conseil de défense sanitaire prévu ce jeudi

Maroc : le parquet antiterroriste ouvre une enquête après "l'assassinat" d'une touriste française

Disparition de Gaspard Ulliel : qui est sa compagne Gaëlle Pietri, mère de leur fils Orso ?

Grève des enseignants : à quoi faut-il s'attendre pour la manifestation de ce jeudi ?

VIDÉO - Piscines illégales détectées par le fisc : que risquent les propriétaires ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.