Vaccins contre le Covid-19 : Macron promet de dire "ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas"

Le 7 décembre prochain, la Grande-Bretagne sera le premier pays à lancer sa campagne de vaccination contre le coronavirus. Le gouvernement français ne s'y prépare pas encore mais envisage une première phase en janvier 2021.

RECHERCHE - Le chef de l'Etat a réaffirmé vendredi 4 décembre que la campagne vaccinale qui démarrera en janvier "sera fondée sur l'expertise indépendante et la transparence" et non sur les seules informations des laboratoires pharmaceutiques.

Jouer la carte de la transparence. C'est l'option choisie par Emmanuel Macron concernant les vaccins contre le Covid-19, en cours de finalisation. Le chef de l'État l'a assuré ce vendredi : le gouvernement dira "de manière très claire ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas". Des propos destinés à convaincre ceux, nombreux, qui rechignent d'ores et déjà à se faire vacciner quand les produits seront disponibles.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

"Il y a beaucoup de choses encore qu'on ne sait pas sur le virus", a affirmé Emmanuel Macron ce vendredi lors d'une visite à l'hôpital Necker, et on "ne sait pas tout évidemment sur les vaccins qui arrivent." Le chef de l'État a souligné que la stratégie vaccinale reposera sur les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS). "Il ne faut pas laisser penser que ce sont juste les laboratoires pharmaceutiques qui communiquent".

Une stratégie qui repose "sur la transparence"

"Je suis très attaché à ce que l'information soit tenue par des organismes publics indépendants et décliné sous le contrôle d'une expertise et de sa transparence", a-t-il conclu. "Notre grand risque est de voir arriver un nouvel obscurantisme, le complotisme en œuvre, qui prend même racine de pays de Pasteur et des Lumières", a-t-il commenté.

Lire aussi

En outre, le chef de l'État a tenu à réaffirmer que la campagne vaccinale qui démarrera en janvier "sera fondée sur l'expertise indépendante et la transparence" et non pas sur les seules informations des laboratoires pharmaceutiques. La stratégie vaccinale française "repose sur la transparence", a ajouté le Président. "Jamais nous ne dirons des choses pas scientifiquement portées, c'est pour ça qu'un expert référent (l'infectiologue Alain Fischer) dira de manière très claire ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas".

Une bonne partie des Français restent méfiants au sujet des vaccins, plus que dans tous les pays de l'UE. Environ 59% des citoyens n'ont en effet pas l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19, selon un sondage réalisé par l'Ifop pour le JDD.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France dépasse le seuil des 70.000 morts

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Covid : quelle est la situation en Guadeloupe ?

Lire et commenter