Valérie Pécresse en marche vers une hausse de 3% du Passe Navigo ? Son cabinet dément

Valérie Pécresse en marche vers une hausse de 3% du Passe Navigo ? Son cabinet dément

Politique
DirectLCI
TARIFS - Durant sa campagne aux élections régionales, en 2015, Valérie Pécresse promettait de ne pas jouer avec le pouvoir d'achat des Franciliens en matière de tarification des transports. Et pourtant, selon BFMTV, la patronne de l'Ile-de-France projette une nouvelle hausse de 3% au 1er janvier, ce que dément son cabinet, contacté par LCI. Les élus Front de gauche persistent, document d'orientation budgétaire à l'appui.

La promesse de campagne de Valérie Pécresse à nouveau mise à mal ? Selon une information de BFMTV, la président LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, s'apprêterait à proposer une nouvelle hausse de 3% du Passe Navigo, l'abonnement qui permet aux Franciliens de se déplacer dans toute la région via le train, le RER, le bus, le métro ou encore le tramway. Le Navigo mensuel coûterait ainsi 77.45 euros au 1er janvier 2018, contre 75.20 actuellement. "Nous avons besoin de recettes qui augmentent régulièrement pour faire face aux investissements colossaux de la rénovation des transports actuels", a justifié la patronne de la région citée par BFMTV, assurant tout faire pour que "le Passe Navigo augmente le moins possible".


Le cabinet de Valérie Pécresse, sollicité jeudi matin par LCI, a pourtant infirmé l'information de BFMTV. "Nous démentons formellement une augmentation de 3%", a indiqué l'entourage de la présidente de région, sans pour autant contester le principe d'une augmentation. Ile-de-France Mobilités, l'organisation en charge des transports franciliens, a en effet besoin d'augmenter ses recettes "de 4%", selon le cabinet, mais l'effort ne pesera pas nécessairement sur les seuls tarifs. Le démenti a été apporté un peu plus tard par Valérie Pécresse elle-même sur Twitter.

En vidéo

Régionales : la sécurité et l'emploi, priorités pour Valérie Pécresse

Deux hausses consécutifs auparavant

Il suffit de remonter à la campagne de Valérie Pécresse, avant les élections régionales de 2015, pour constater que l'ex-candidate avait alors maintes fois promis de "maintenir le Passe Navigo à 70 euros" si elle était élue. "Il n'est pas question de jouer avec le pouvoir d'achat des Franciliens et d'augmenter à nouveau leurs impôts, je ferai les économies nécessaires pour trouver les 300 millions d'euros manquants pour financer cette mesure dont le coût est de 520 millions d'euros par an", avait-elle déclaré, comme dans la séquence ci-dessous. 

Depuis son élection, il y a deux ans, le prix de l'abonnement mensuel a déjà été relevé à deux reprises, malgré cet engagement de campagne. 


La présidente du groupe Front de gauche à la région, Céline Malaisé, a dénoncé dans un tweet, jeudi, le démenti apporté à LCI par le cabinet de Valérie Pécresse. Pour l'élue, celui-ci "n'assume pas" une nouvelle augmentation qui interviendrait bien, selon elle, en janvier. 

Sollicité par LCI, le conseiller régional Front de gauche Fabien Guillaud-Bataille, administrateur à Ile-de-France Mobilités, confirme fermement l'information relative à une hausse des tarifs. "A la page 12 du document d'orientation budgétaire qui nous a été présenté, il est écrit qu'il faudrait augmenter de 4% les ressources provenant spécifiquement des usagers. Comme 1% de cette hausse correspond à l'augmentation régulière du trafic voyageur, une opération arythmétique de base permet de constater qu'il y aura une hausse de 3% sur la tarification. Reste à savoir si cette hausse concernera spécifiquement le Navigo, ou l'ensemble des tarifs". 


Pour l'élu, qui n'a "pas la traduction concrète" de cette hausse globale, il peut toujours y avoir "des subtilités, avec une hausse variant d'une virgule". Mais, affirme-t-il, ce sera bien le sujet du conseil d'administration prévu en décembre. 

Une éventuelle hausse tarifaire interviendrait alors que certains axes de transport de la région, et notamment le RER B, enchaînent depuis plusieurs semaines des journées particulièrement perturbées. Valérie Pécresse a fait de l'amélioration de la qualité de service l'un des grands axes de sa campagne en 2015.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter