Valérie Pécresse estime qu'il y aura "300.000 chômeurs en plus en Île-de-France d'ici à la fin de l'année"

Covid : "D'ici à la fin de l'année, il y aura 300 000 chômeurs de plus" en Ile-de-France

CHÔMAGE - Pour Valérie Pécresse, l'impact économique consécutif à la crise sanitaire sera extrêmement élevé. La présidente de la région Ile-de-France a estimé que d'ici à la fin de l'année, 300.000 personnes vont se retrouver au chômage dans la région. Portant le nombre de chômeurs sur le territoire à un million, selon les estimations.

Les experts sont peu optimistes et prédisent une crise économique extrêmement importante dans les mois à venir, après la pandémie du covid-19. Interrogée au micro du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, Valérie Pécresse se dit elle aussi très inquiète et craint qu'une deuxième vague épidémique mette "vraiment l'économie de la France au tapis". 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Économiquement, on le sait, la période sera rude. Les experts sont quasi-unanimes : la crise qui s'annonce très difficile et la présidente de la région Ile-de-France de mettre en garde : "La crise économique sera très dure, particulièrement en Île-de-France. Nous avons du tourisme, nous avons des industries qui sont particulièrement touchées : l'aéronautique, l'automobile. Nous avons la culture, l'événementiel", indiqué Mme Pécresse.

Pour elle, il y aura "300.000 chômeurs de plus en Île-de-France d'ici la fin de l'année" à cause de la crise du coronavirus. "Ça veut dire qu'en l'Île-de-France, on risque de dépasser le million de chômeurs, ce sera un triste record historique", a déclaré Mme Pécresse (Libres!, ex-LR). 

La crise du Covid-19 est "un tsunami qui remporte tout sur son passage" et entraîne, pour l'Ile-de-France, une dette de "1 milliard d'euros de dette", à cause de la perte de recettes et l'augmentation des dépenses, a-t-elle encore dit. "Il faudra réformer l'assurance chômage, mais la crise nous invite à la maintenir, pour l'instant", a-t-elle plaidé.

Lire aussi

Sur l'ensemble de la France, l'Unédic, qui gère le régime d'assurance-chômage, anticipe la destruction de 900.000 emplois fin 2020 par rapport au 4e trimestre 2019, ce qui entraînerait l'indemnisation de 630.000 demandeurs d'emplois supplémentaires.

Le premier trimestre 2020 avait vu la destruction de 497.400 emplois dans le privé, soit une baisse de 2,5% provoquée par un effondrement de 40% de l'intérim, du fait du confinement, selon les chiffres de l'Insee.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

EN DIRECT - Covid-19 : quarantaine obligatoire pour les voyageurs venant du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud

REVIVEZ - La famille royale et le Royaume-Uni ont rendu un dernier hommage au prince Philip

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Lire et commenter