Valérie Trierweiler : Ségolène Royal lui a-t-elle rendu visite à l'hôpital ?

Valérie Trierweiler : Ségolène Royal lui a-t-elle rendu visite à l'hôpital ?

DirectLCI
GAYETGATE – A chaque jour sa révélation. Cette fois, elle émane de Voici. Selon le magazine people, l'ex-compagne de François Hollande aurait rendu visite à la première dame à la Pitié-Salpêtrière pour tenter de lui faire accepter "une rupture qui semble inéluctable". Faux, a répondu Ségolène Royal sur twitter.

De l'eau est passée sous les ponts depuis la terrible affaire du tweet soutenant Falorni. Oui, Ségolène Royal est capable de pardonner, quand les circonstances l'exigent. La preuve : à en croire Voici dans son édition de vendredi , l'ancienne compagne de François Hollande aurait rendu visite à l'hôpital à la première dame de France. Photos à paraître à l'appui, l'hebdomadaire rapporte ainsi que l'ancienne candidate à la présidentielle se serait rendue à la Pitié-Salpêtrière mercredi sous une pluie battante. Elle en serait ressortie peu après 20 heures.

Faux, a aussitôt répondu jeudi en fin de journée sur Twitter Patrice Biancone, chef decabinet de la première dame. Suivi dans la foulée par d'autres journalistes : l'un d’entre eux, du Monde , assure ainsi que Ségolène Royal est bien allée à la Salpêtrière, "mais pour ses dents". Ne manquait plus qu'une réaction officielle de la principale intéressée : cela a été chose faite, en fin de journée, toujours sur Twitter : "Tourner la page et se remettre au travail : les affirmations de Voici sont complètement fausses", a ainsi écrit la socialiste. 

Ségolène, l'intermédiaire

La démarche aurait, en tout cas, de quoi surprendre : la présidente de la région Poitou-Charentes n'avait, selon plusieurs médias, pas donné suite, en début d'année, lorsque Valérie Trierweiler avait tenté de la solliciter pour comprendre l'éloignement de son compagnon. Question de fierté ? Mystère. Mais le fait est que Ségolène Royal pourrait cette fois avoir répondu présente.

Et pour cause : c'est son ancien compagnon him qui l'aurait sollicité. On ne peut rêver meilleure scénario pour un vaudeville. "Elle aurait été missionnée par le Président en personne pour jouer les intermédiaires et faire accepter à Valérie Trierweiler une rupture qui semble inéluctable ", écrit Voici. La tâche n'a pas dû être facile : le Canard Enchaîné rapportait mercredi que la journaliste était prête à pardonner à François Hollande son infidélité - et "rester à l'Elysée".

"Elle ferait mieux de s'intéresser à la suivante"

Dans le cadre de toute cette affaire, difficile en tout cas de ne pas faire le lien avec une phrase cinglante qu'aurait prononcée Ségolène Royal juste après l'affaire du tweet selon la journaliste du JDD Cécile Amar, auteur de "Jusqu'ici tout va mal" : "Elle ferait mieux de s'intéresser à la suivante". Prophétique ?

Autre révélation : plus tôt dans la journée, on apprenait que François Hollande n'était toujours pas allé rendre visite à sa compagne officielle . Le président souhaitait-il lui envoyer le signe clair d'une rupture ? L'hebdomadaire people, de son côté, avance une autre hypothèse : Valérie Trierweiler refuserait toujours de le recevoir. RTL, elle, avance une autre explication : les médecins refuseraient que le chef de l'Etat vienne lui rendre visite. "Une pratique répandue dans les cas de détresse psychologique", rappelle la radio. Avant de préciser : "Mais François Hollande parle à l'équipe de soignants qu'il a même rencontré personnellement". 

En attendant, le feuilleton est loin d'être fini : le magazine Closer, à l'origine de LA révélation de cette idylle, la semaine dernière, a promis de nouvelles révélations pour son édition de vendredi . Notamment sur les rumeurs de grossesse de Julie Gayet ? L'information circule en effet depuis plusieurs jours... avant que l'actrice en personne démente cette dernière auprès d 'Europe 1 en début de soirée. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter