Valls à Berlin : "La polémique est close", selon Hollande

Politique

CONFIDENCES - Manuel Valls reconnaît ce dimanche "une bourde" dans une interview au "JDD", au sujet de son vol Poitiers-Berlin pour assister, avec ses deux fils, à la finale de la Ligue des Champions. Après une semaine de polémique, le président de la République réaffirme, quant à lui, sa confiance en son Premier ministre dans un entretien à "Sud Ouest".

Après une semaine de polémique et de mea culpa, François Hollande veut donner le coup de sifflet final au "Vallsgate". Dans une interview accordée au quotidien Sud Ouest , le président de la République réagit pour la deuxième fois à la polémique sur l'aller-retour Poitiers-Berlin de Manuel Valls afin d'assister, avec ses deux fils, à la finale de la Ligue des Champions le samedi 6 juin.

À LIRE AUSSI >> Sondage : malgré le chômage et la polémique, Valls et Hollande limitent la casse

"Manuel Valls a toute ma confiance", assure le chef de l'Etat. "Il mène un travail particulièrement difficile au service des Français", poursuit François Hollande, saluant l' "énergie" et l' "efficacité" du locataire de Matignon. "Il ne ménage pas sa peine à la tête du gouvernement", insiste encore le Président, qualifiant Manuel Valls de "bon Premier ministre". Pour François Hollande, "cette polémique est désormais close" : "Il a lui-même dit ce qu'il fallait, il n'y a rien à ajouter".

"Je me dois d'être irréprochable"

De son côté, le Premier ministre reconnaît ce dimanche "une bourde", dans un entretien accordé au JDD . "Ce fut une erreur, une bourde", assume Manuel Valls, ajoutant que cet épisode "est une leçon à retenir". Revenant sur la présence de ses enfants lors de ce déplacement, le chef du gouvernement admet que "comme tous les pères absents, j'aime passer du temps avec mes fils". Avant de reprendre le costume de Premier ministre.

EN SAVOIR + >> Polémique sur Valls : et à l'étranger on en pense quoi ?

"Ma seule obsession, c'est de travailler pour que l'économie se redresse, pour que la République soit plus forte et pour lutter contre la menace terroriste. C’est l’action qui guide ma vie. C’est le travail. Bien sûr, il y a l’ambition, mais au service des Français", insiste Manuel Valls. Avant de conclure : "Je me dois d'être irréprochable".

Faute avouée, à moitié pardonnée ? Ce mea culpa intervient alors qu'un nouveau sondage Ifop pour le JDD montre que près de deux tiers (63%) des Français estiment que Manuel Valls "doit jouer un rôle important à l'avenir", progressant même de 5 points en une semaine. Pour autant, ils sont 84% à se déclarer favorables à un durcissement des règles d'utilisation des moyens de transport de l'Etat par des membres du gouvernement, selon un sondage OpinionWay réalisé pour metronews et LCI .

A LIRE AUSSI >> Valls à Berlin : une affaire "grave" pour deux Français sur trois

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter