Valls annonce 279 millions pour l'accueil des réfugiés et un possible "contrôle aux frontières"

Valls annonce 279 millions pour l'accueil des réfugiés et un possible "contrôle aux frontières"
Politique
DirectLCI
ASILE - Le débat sur l'accueil des réfugiés s'est invité à l'Assemblée nationale mercredi après-midi. Face à une opposition qui dénonce une gestion chaotique de l'accueil, Manuel Valls a insisté sur la cohérence des choix du gouvernement et sa fermeté.

"Il faut du cœur, bien sûr, mais un cœur intelligent. Un cœur ferme. Un cœur lucide." En ouverture d'un débat des députés sur l'accueil des réfugiés syriens et irakiens, mercredi après-midi, Manuel Valls a défendu la cohérence des choix du gouvernement face aux accusations de l'opposition sur sa gestion de la crise .

Tout en réaffirmant que "le droit d'asile est fondamental", le Premier ministre a estimé, devant les députés, que l'émotion "ne peut être le seul guide de l'action publique". "Nous devons, a-t-il assuré aux députés, agir en suivant des principes : humanité et solidarité, mais aussi sérieux, fermeté et maîtrise".

65.000 demandes d'asile en France, chiffre "stable"

Alors que l'Union européenne fait face à "500.000 entrées irrégulières en 8 mois aux frontières extérieures", le chef du gouvernement a prôné la distinction systématique entre les réfugiés et les migrants irréguliers "qui doivent retourner dans le pays d'origine dans le respect du droit". Alors que l'Allemagne pourrait faire face cette année à près d'un million de demandes d'asile, en France, le chiffre resterait stable : "65.000 demandes" sont attendues en 2015.

Le Premier ministre a annoncé que la France investirait 279 millions d'euros supplémentaires pour encadrer l'accueil des réfugiés , l'hébergement, le suivi et la scolarisation des enfants. D'ici fin 2017, le surcoût attendra 600 millions d'euros. Autre annonce : Manuel Valls a précisé qu'à l'instar de l'Allemagne, la France "n'hésitera pas à contrôler" la frontière franco-italienne, comme elle l'a fait par le passé, dans les prochains jours, les prochaines semaines, si nécessaire. Il a enfin annoncé la création de 900 postes supplémentaires dans les forces de l'ordre, notamment aux frontières, pour lutter contre l'immigration clandestine.

À LIRE AUSSI
>> Manuel Valls sur la Syrie : ni intervention au sol, ni soutien à al-Assad

>> Réfugiés de guerre : l'accrochage entre Valls et Sarkozy

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter