Valls : Nuit Debout exprime le "sentiment légitime" d'abandon de la jeunesse

Politique
DirectLCI
POLITIQUE - "La jeunesse a le sentiment légitime que la société ne se préoccupe pas d'elle", a estimé le Premier ministre dans un entretien à "Libération" publié ce mardi. Et de reconnaître que "le mouvement Nuit debout l'exprime à sa manière".

Ils étaient quelques centaines, ce samedi soir, à vouloir s'inviter chez lui pour "prendre l'apéro". Mais Manuel Valls ne semble guère rancunier : dans un entretien à paraître mercredi dans Libération, le Premier ministre considère que la "jeunesse a le sentiment légitime que la société ne se préoccupe pas d'elle", reconnaissant que "le mouvement Nuit debout l'exprime à sa manière".

EN SAVOIR + >>  Etre voisin de Manuel Valls, "c'est pas tous les jours facile"

"Nous avons d'ailleurs fait beaucoup de choses (...) Cependant, je reconnais que cela ne suffit pas. Il faut aller plus loin et créer du sens pour la jeunesse tout entière. Le mouvement Nuit debout l'exprime à sa manière", analyse le Premier ministre. Manuel Valls se défend ensuite d'avoir présenté ce lundi des mesures en faveur des étudiants parce que le pouvoir avait peur de la rue  : "En quoi entendre et dialoguer serait un signe de peur ?" demande-t-il. "Le gouvernement a annoncé un plan d'ensemble. Pas seulement pour les étudiants. Pas pour éteindre une contestation. Mais pour répondre aux inquiétudes exprimées."

"Jamais autant n'a été fait en matière d’éducation"

Quel bilan dresse-t-il, après quatre de gauche au pouvoir ? "Je ne laisserai jamais dire que nous n’avons rien fait pour la jeunesse depuis 2012. Au contraire. Jamais autant n'a été fait en matière d’éducation, de formation, de logement, d’accès à l’emploi", se défend en préambule le Premier ministre. Avant de reconnaître que "la situation de nombreux jeunes est difficile  : un quart des actifs de moins de 25 ans sont au chômage. Notre société a par ailleurs donné le sentiment de se préoccuper davantage des plus âgés".

EN SAVOIR + >> Au fait, qu'a fait François Hollande pour la jeunesse ?

Depuis onze jours, la place de la République est devenue l'épicentre d'un mouvement citoyen inédit, Nuit Debout, lancé au soir du 31 mars contre le projet de loi travail "et le monde qui va avec", qui a essaimé dans plus d'une cinquantaine de villes.

A LIRE AUSSI >>  Nuit Debout : le mouvement s'étend en France, les Parisiens tentent de s'inviter chez Valls

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter