Christophe Castaner ouvre la porte à la suppression de la taxe d'habitation pour tous les ménages

Politique

IMPÔTS - Invité sur BFM TV et RMC ce jeudi 23 novembre, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner confirme l'idée selon laquelle la taxe d'habitation, dont seront bientôt exonérés 80% des Français, pourrait à terme être complètement supprimée.

Les modalités vont en être expliquées ce jeudi 23 novembre par Emmanuel Macron devant les maires de France : à compter du 1er janvier 2018, la taxe d'habitation sera supprimée en trois ans pour 80% des foyers. Une mesure commentée qui fait naître des remarques, notamment de la part de l'opposition : et si, à terme, au nom du principe de l'égalité devant l'impôt, la taxe était supprimée à 100% ?

Invité sur BFM TV et RMC ce jeudi matin, le délégué général de la République en marche Christophe Castaner a été plutôt clair sur le sujet.  Et a laissé la porte entrouverte à une éventuelle suppression totale de la fameuse taxe. Alors que Jean-Jacques Bourdin lui demande si le gouvernement compte supprimer la taxe d'habitation à 100%, voici ce que le futur-ex-mais-toujours porte-parole répond : "Oui, Bruno Le Maire l'a évoqué. Dès lors qu'on dit que c'est un impôt imbécile parce qu'il est injuste d'un territoire à l'autre, parce qu'il ne prend pas en compte en réalité la capacité financière de chacun, on a décidé de faire porter un effort massif, à 80%. Mais si on dit que c'est un impôt imbécile, il ne faut pas exclure la possibilité de le supprimer."

En vidéo

La prochaine suppression de la taxe d'habitation est très attendue

Voir aussi

Bientôt un recours auprès du Conseil Constitutionnel

Mais le porte-parole du gouvernement de nuancer en précisant que la suppression totale de cette taxe ne représente guère une priorité. "Le sujet prioritaire, c'est la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des Français", dont le premier tiers a été inscrit au budget 2018. D'ailleurs, l'étendue de cette mesure à 100% des foyers pourrait ne même pas voir le jour avant la fin du quinquennat. "Ce n'est pas prévu aujourd'hui", précise-t-il encore.

Ses propos corroborent néanmoins les informations de nos confrères du Parisien, qui citent des sources haut placées à Bercy. Voilà qui devrait rassurer plusieurs sénateurs, à l'instar de Philippe Dallier (LR), qui entendent saisir le Conseil constitutionnel sur le sujet, en raison du principe d'égalité devant l'impôt. Avant que la suppression soit étendue à toutes et tous, encore faudrait-il que l'exonération appliquée à 80% des foyers devienne réellement effective.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter