VIDÉO - "Français qui se plaignent" : Macron cite De Gaulle et fait polémique

Politique
PETITE PHRASE - En déplacement à Colombey-les-Deux Eglises ce jeudi, Emmanuel Macron s'est offert un bain de foule. Interpellé par des retraités, le président leur a répondu en citant le petit-fils du général de Gaulle qui lui avait rappelé une règle de vie suivie par son grand-père qui disait : " la seule chose qu'on n'a pas le droit de faire, c'est de se plaindre".

Les Gaulois... plaintifs. Emmanuel Macron était à Colombey-les-Deux Eglises jeudi 4 octobre pour célébrer les 60 ans de la Constitution de la Ve République. Snobant les questions sur la démission de Gérard Collomb - une simple "péripétie" à ses yeux -, le président s'est attardé devant l'église auprès d'une foule de retraités, mécontents de leur faible pension. L'occasion pour le chef de l'Etat de rendre hommage au général de Gaule, père fondateur de la Ve République. Et de glisser une nouvelle petite phrase grinçante à l'adresse des Français.   


Alors qu’une femme l’interrogeait sur la condition des agriculteurs et des retraités, ainsi que sur la limitation de vitesse à 80 km/h, Emmanuel Macron a cité l'un des descendants de l'homme de l'appel du 18 juin : "Le petit-fils du Général m'a dit tout à l'heure" que la règle devant son grand-père était : "Vous pouvez parler très librement ; la seule chose qu'on n'a pas le droit de faire, c'est de se plaindre". Un credo salué par le président actuel : "Je trouve que c'était une bonne pratique qu'avait le Général. Vous savez, le pays se tiendrait autrement si on était comme ça. On ne se rend pas compte de la chance immense qu'on a. On vit de plus en plus vieux dans notre pays en bonne santé".

Le pays se tiendrait mieux si la politique était juste !Olivier Faure (PS)

Répondant à une autre retraitée, le chef de l'Etat a ensuite ajouté : "Je me bats pour que votre  petit-fils puisse avoir une retraite. Mais c'est pour cette raison que je ne  peux pas vous dire : 'je vais donner ça'. (...) Il faut des gens pour produire avant de redistribuer".


Des déclarations qui ont suscité de vives réactions politiques. A commencer par Marine Le Pen : "'Ceux qui se plaignent' ne le font pas par plaisir, mais parce qu'ils sont victimes des hausses ininterrompues de taxes et de l'insécurité endémique : bref, de votre politique!", a fustigé sur Twitter la présidente du Rassemblement national. 

De son côté, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a également déploré cette nouvelle sortie : "Les retraités peuvent se plaindre. Ils paient aujourd'hui les cadeaux fiscaux faits aux plus riches de notre pays. 'Le pays se tiendrait mieux' si la politique était juste !"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter