"On ne prévient pas l'ancien monde" : le recadrage bien serré de Martine Aubry contre Agnès Buzyn et Nicole Belloubet

Politique
BONNES MANIÈRES - La mairesse de Lille a repris de volée les ministres de la Justice et de la Santé, vendredi 22 février, à l'occasion de l'inauguration du Centre national de ressource et de résilience, au CHRU de la capitale des Flandres, dont elle est la présidente.

"Quand Martine Aubry fâchée, elle toujours faire ainsi". Jamais avare de recadrages bien serrés, encore plus quand il s'agit de sermonner le gouvernement et le pouvoir macroniste, la maire de Lille s'est à nouveau illustrée dans ses œuvres, vendredi 22 février à Lille, dans une vidéo captée par nos confrères de 20 Minutes. Les victimes de l'ancienne ministre du Travail ? Sa lointaine successeuse Agnès Buzyn et la ministre de la Justice Nicole Belloubet. La cause de la colère de la mairesse de Lille ? Avoir été invitée à la dernière minute à l'inauguration du Centre national de ressource et de résilience, au CHRU de Lille, dont elle est la présidente.


"On ne prévient pas l'ancien monde dont je suis", attaque l'ancienne patronne du PS tout de go. "Je suis maire de Lille, je suis présidente du CHRU. Je n'ai pas été prévenue de votre visite sauf hier soir par le préfet, ce que je trouve quand même inacceptable. Je vous le dis comme je le pense." Et d'enchaîner, en adressant la présence de manifestants à côté des lieux, une foule mêlant personnel  hospitalier et Gilets jaunes : "J'ai été ministre de la Santé (des Solidarités, ndlr), je n'ai pas fait une seule visite sans qu'il y ait des manifestants. Je n'ai jamais fait charger la police". 


Agnès Buzyn s'apprête à répliquer, mais Martine Aubry est encore là : "Ce n'est pas vous, hein. Mais je trouve que ça s'est passé mal." Place ensuite à Nicole Belloubet, qui tente : "Sur le fait que vous n'ayez pas été prévenue..." Reprise de volée de l'édile lilloise : "De toute façon, je suis habituée, il n'y a pas un ministre qui nous appelle. Très franchement, le mépris des élus..." 


La vidéo, publiée par 20 Minutes, est ensuite coupée, pour nous ramener encore vers Martine Aubry, qui poursuit sa critique : "Vous venez à deux, très franchement, je suis présidente du CHRU, je suis maire de Lille.. [...] Personne ne nous appelle".


Au son des "On est là, on est làààà" venant des manifestants à l'extérieur, Martine Aubry poursuit : "Je suis habituée, c'est comme ça en permanence avec ce nouveau gouvernement. Et après, on nous parle de république et de démocratie." Fin du tir, l'ancienne ministre serre la main de ses interlocutrices, qui n'ont pas pu en placer une : "Je vous souhaite une bonne visite dans ce magnifique CHRU." Et de finir, à l'attention d'Agnès Buzyn : "Je vous appellerai, d'ailleurs, parce qu'il faut que je vous voie."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter