VIDÉO - Un député Modem qualifie Alexis Corbière "d'ennemi de la République"

VIDÉO - Un député Modem qualifie Alexis Corbière "d'ennemi de la République"
Politique

Toute L'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

VIRULENCE - L'élu du Haut-Rhin Bruno Fuchs, en première ligne pour défendre la parole présidentielle dans le cadre de l'affaire Benalla, a durement qualifié son collègue de la France insoumise, ce mercredi midi sur le plateau de LCI.

On enlève les gants. Invité de LCI mercredi 25 juillet, le député Modem Bruno Fuchs, au premier rang des députés de la majorité la veille pour relayer les messages du président de la République au sujet de l'affaire Benalla et de la crise politique qu'elle a déclenché, n'a pas mâché ses mots à l'encontre d'Alexis Corbière, son collègue de la France insoumise, en le qualifiant d'"ennemi de la République". Un qualificatif qui valait également pour le député Rassemblement national Sébastien Chenu, présent en plateau.

Bruno Fuchs réagissait après une intervention du député de la Seine-Saint-Denis qui, depuis l'Assemblée nationale, reprenait de volée l'intervention présidentielle la veille et, plus généralement, l'attitude de la majorité : "On comprend très bien qu'il y a des ennemis de la République qui critiquent le président de la République, ça paraît tout à fait logique, ça ne me choque pas. Il est dans son rôle, Alexis Corbière."

Lire aussi

"Ils n'aiment pas l'Etat"

Relancé pour savoir qui il qualifiait d'ennemi de la République, le député du Haut-Rhin ne se démonte pas et précise : "Et bien, Alexis Corbière ou bien le Rassemblement national, très clairement. Ce sont des ennemis de la République, ils n'aiment pas l'Etat." En face, Sébastien Chenu tique très fort : "Ça sort d'où, ça ? Ça sort d'où ?" Avant que le communicant Alexandre Malafaye, également présent en plateau, ne pointe aussi ce discours pour le moins belliqueux : "Il faut faire attention aux mots, là, traiter d'ennemi de la République des gens qui sont pas élus et représentent les citoyens... Le président dit qu'ils n'aiment pas l'Etat, ce sont des accusations graves. Il sort de son rôle."

Plus tôt dans la séquence, Alexis Corbière avait passé plusieurs minutes à descendre en flamme l'intervention d'Emmanuel Macron devant les députés de la majorité, l'accusant de "faire le matamore pour ne pas ensuite redescendre auprès des Français". Et répondu positivement à l'idée de voter la motion de censure que veulent déposer les députés LR : "C'était une idée de Jean-Luc Mélenchon, mais nous n'avons pas les 57 députés nécessaires pour la déposer. Si les Républicains font une motion de censure sans provocation, en parlant du 1er mai, il n'y a aucune raison que nous ne la votions pas." L'élu n'a pas pu répondre aux qualifications de Bruno Fuchs qui, en revanche, n'ont pas échappé au radar de sa compagne Raquel Garrido... 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter