VIDÉO - Affaire Khashoggi : Macron s'agace après une question sur les ventes d'armes à l'Arabie saoudite

Politique
COMMERCE - Interrogé sur une éventuelle suspension des ventes d'armes à l'Arabie saoudite, comme l'a prôné Angela Merkel après le scandale du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, le chef de l'Etat a répliqué énergiquement, refusant de réagir à la déclaration de la chancelière allemande.

Attention, sujet sensible... Et manifestement malvenu. Interrogé mardi en marge du salon Euronaval sur un éventuel arrêt des ventes d'armes à l'Arabie saoudite - une décision prise dimanche par la chancelière allemande Angela Merkel - dans le cadre de l'affaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, Emmanuel Macron a manifesté un certain agacement, refusant d'y répondre. 


Lundi, dans la foulée de la chancelière, le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier avait appelé tous les partenaires européens à faire de même, en suspendant toute vente d'armes tant que l'Arabie saoudite n'aurait pas fait la lumière sur le meurtre du journaliste. 

"Mon agenda n'est pas dicté par les médias"

"Allez-vous suspendre les ventes d'armes comme le demande l'Allemagne", a notamment demandé le journaliste de LCI présent sur place. "Attendez", a rétorqué Emmanuel Macron, "on va avoir une règle simple. Mon agenda n'est pas dicté par les médias, que ça vous plaise ou non. Et ce n'est pas parce qu'un dirigeant dit quelque chose que je suis obligé de réagir à chaque fois. Et donc je ne vous répondrai pas".


Le président français, qui était pourtant sur le stand du ministère des Armées quand la question lui a été posée, a martelé qu'il était "sur un autre sujet". "J'ai un peu de respect pour les gens que je viens voir", a-t-il expliqué. Avant de conclure : "Si ces sujets ne vous intéressent pas, ne venez pas".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter