VIDÉO - Agnès Buzyn répond à Valérie Trierweiler : "Je ne pense pas qu'elle ait été très utile à la France"

DirectLCI
RÉPLIQUES - Invitée sur LCI ce vendredi, la ministre de la Santé a réagi au tweet de l'ancienne première dame qui n'est pas passé inaperçu sur la Toile mercredi. A travers une photo sarcastique, cette dernière se moquait des dernières déclarations de la première sur le remboursement des soins d'optique et la place de la cigarette dans le cinéma français.

Pas agacée, peut-être, mais encline à réagir quand même. Invitée sur LCI ce vendredi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a répondu à Valérie Trierweiler qui s'était gentiment moquée d'elle sur Twitter mercredi. "Je préfère dire que moi je suis dans l'action pour les Francais, je ne pense qu'elle ait été très utile à la France, mais bon", a-t-elle tout d'abord lancé. Pour rappel, l'ancienne première dame avait posté une photo d’elle, vêtue d’une casquette, de lunettes improbables, et d’une grosse chaîne en or, ne laissant planer aucun doute sur la référence à l’actualité du moment, à savoir les dernières déclarations d'Agnès Buzyn sur le remboursement des soins d'optique et la place de la cigarette dans le cinéma français.

"Je ne comprends pas bien, si ce n'est que ça lui permet d'être à l'écran", a ajouté la ministre, avant de préciser : "Il se trouve que j'ai eu l'occasion de la rencontrer plusieurs fois, elle connaît mon engagement dans la santé publique, pour la santé des Francais."

Une phrase "sortie de son contexte"

Cette mise au point faite, la ministre de la Santé a pu revenir sur les fameux propos qui lui ont valu deux débuts de polémiques respectifs ces derniers jours. S'agissant des cigarettes dans les films, "j'ai simplement voulu nommer un état de fait : dans le cinéma français, 80% des films représentent des fumeurs, aux Etats-Unis c'est 48%", a-t-elle indiqué. Et de poursuivre : "Il se trouve que toutes les études montrent que lorsque la cigarette est montré à l'écran, elle incite les jeunes à entrer dans le tabagisme. Mais il n'a jamais été question d'interdire la cigarette à l'écran." Pour conclure, elle a insisté sur la volonté "de sensibiliser les auteurs et réalisateurs" avant tout. "Je leur dis simplement : ne normalisez pas quand ça n'est pas nécessaire."

"De bonnes lunettes, sans forcément aller vers le luxe"

Concernant le remboursement des soins d'optique et la petite phrase qui a enflammé les réseaux sociaux en début de semaine ("On n'est pas là pour offrir des lunettes Chanel à tout le monde"), la ministre l'estime "sortie de son contexte."


Et de détailler : j'expliquais à des journalistes ce qu'était un panier de soins remboursable : nous souhaitons que les Francais accèdent tous à des soins de qualité et aux soins nécessaires. Mon objectif était de définir les soins nécessaires et j'ai donné cet exemple pour dire que ce qui compte c'est la qualité, que tout le monde accède à de bonnes lunettes sans forcément aller vers du luxe". Et de préciser  : "Sans que le superflu ne soit remboursé par la sécurité sociale, et sans non plus que ça soit le premier prix."


Revenant sur l'"urgence" face au problème de reste à charge sur les produits d'optique, Agnès Buzyn a confirmé qu'elle n'envisage en aucun cas de revenir sur la promesse de campagne d'Emmanuel Macron concernant la prise en charge à 100% en optique, dentaire et prothèse auditive à l'horizon 2022.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter