VIDÉO - Attaqué par Obono, Collomb lui ressert les tweets de son "ancien collègue" condamné pour apologie du terrorisme

Politique

POLÉMIQUES - Interpellé par la députée France Insoumise Danièle Obono à l'occasion d'un échange devant la commission des lois de l'Assemblée, Gérard Collomb a répondu en évoquant le tweet polémique de l'ancien candidat FI aux législatives Stéphane Poussier.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a entrouvert la porte mardi à un assouplissement des dispositions de son projet de loi "asile-immigration" sur la durée maximale de la rétention, se disant "prêt à étudier" les propositions des députés. "Je sais que certaines dispositions peuvent susciter un certain nombre de questionnements", a assuré Gérard Collomb devant la commission des lois de l'Assemblée.

"J'entends les préoccupations exprimées" et "sans perdre de vue la nécessité d'un allongement du temps de la rétention, je suis prêt à étudier avec votre commission les modalités les plus appropriées pour concilier humanité et efficacité", a-t-il ajouté. Plusieurs amendements ont été déposés par le groupe LREM pour raboter à 90 jours grand maximum la durée possible, avant l'examen dans l'hémicycle à partir du 16 avril.

Lire aussi

Faites attention, à force d'aimer les polémiques on finit par dire n'importe quoi- Gérard Collomb

Une séance qui a finalement donné lieu à une passe d'armes entre le ministre et la députée insoumise Danièle Obono qui, revendiquant des "propos polémiques", a lancé : "Pour lutter contre la pauvreté, vous luttez contre les pauvres et les précaires."

"Faites attention, à force d'aimer les polémiques on finit par dire n'importe quoi, et un de vos anciens collègues a dit un grand n'importe quoi", a répliqué Gérard Collomb, en allusion aux tweets de l'ancien candidat aux législatives dans le Calvados Stéphane Poussier, qui s'était félicité de la mort du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Des propos que la France insoumise avait aussitôt dénoncés.

"On peut avoir la pensée que l'on veut, mais se réjouir de la mort d'un membre des forces de l'ordre qui fait le sacrifice de sa vie pour sauver une personne c'est quand même totalement inconséquent, alors pas trop de polémiques", a-t-il ajouté. Plus tard, Danièle Obono répondra, à l'unisson de ses camarades, au ministre de l'Intérieur : "Au terme d'un flot bourbeux ressassant les pires poncifs de l'extrême droite censé répondre aux interpellations des député·e·s opposé·e·s au projet de loi asile et immigration, un Gérard Collomb en roue libre finit par l'instrumentalisation abjecte de la mémoire d'Arnaud Beltrame. Honteux."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter