"Cela ne m'intimide pas" : la réponse d'Audrey Pulvar aux accusations de Gérald Darmanin

"Cela ne m'intimide pas" : la réponse d'Audrey Pulvar aux accusations de Gérald Darmanin

INTERVIEW - Invitée de LCI ce mardi, la tête de liste "Île-de-France en commun" aux prochaines élections régionales a sévèrement égratigné Gérald Darmanin, qui a annoncé vouloir déposer plainte contre elle.

Audrey Pulvar contre-attaque. Interrogée ce mardi sur LCI à propos de la plainte que Gérald Darmanin a annoncé vouloir déposer à son encontre, la candidate aux élections régionales en Île-de-France s'est montrée très offensive. "Qu’un ministre de l’Intérieur se rende dans une manifestation dont l’objectif était de faire pression sur la justice, je trouve cela glaçant", a-t-elle de nouveau déclaré, réitérant ses propos tenus durant le week-end. 

"D’autant plus que cette manifestation était dès le départ soutenue par l’extrême droite" et qu'elle se déroulait "devant l'Assemblée nationale au moment même où les députés examinent un projet de loi sur la justice", a-t-elle fait valoir. 

Toute l'info sur

L'interview Politique

"Non, toute la police n’est pas raciste"

"Cette plainte n’a qu’un but : faire de la politique, instrumentaliser la mort de certains policiers, m’intimider", a encore estimé l'ancienne journaliste. "Cela ne marche pas, cela ne m’intimide pas, cela ne m’impressionne pas. Gérald Darmanin ne me fait pas peur", a-t-elle insisté. 

"En revanche, cela m’inquiète pour l’état de notre démocratie", a poursuivi Audrey Pulvar. "Vous avez là un ministre de l’Intérieur qui considère que l’extrême droite est trop molle, qui manifeste devant l’Assemblée nationale contre la justice et qui, quatre jours après, porte plainte contre une opposante pour diffamation". Et la tête de liste d'Île-de-France en commun de souligner : "C’est quand même inquiétant comme climat, au-delà de ma personne."

Lire aussi

Également questionnée sur sa vision de la police, Audrey Pulvar a tenu à clarifier sa position. "Non, toute la police n’est pas raciste ; non, tous les policiers ne sont pas racistes, ne sont pas violents", a-t-elle affirmé, jugeant cependant nécessaire d'être intransigeant envers les fonctionnaires qui dépasseraient le cadre légal. "Pour ne pas jeter l’opprobre sur l’ensemble de la police nationale qui est républicaine, quand il y a des policiers qui se comportent mal, ils doivent être sanctionnés."

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.