Benjamin Griveaux : les 24 heures qui l'ont conduit à un spectaculaire renoncement

Benjamin Griveaux : les 24 heures qui l'ont conduit à un spectaculaire renoncement

RÉCIT - L'annonce du retrait fracassant de Benjamin Griveaux à Paris, vendredi, à un mois du premier tour des élections municipales, est le fruit d'un cheminement progressif, mais rapide.

Plus qu'un rebondissement ou un tournant dans une campagne électorale déjà très animée, une déflagration. Ce vendredi, Benjamin Griveaux, candidat LaREM à Paris, a annoncé qu'il retirait sa candidature à la mairie de Paris, en raison de la divulgation d'échanges privés à caractère sexuel. Sur LCI, notre journaliste Adrien Gindre, dans la vidéo ci-dessus, retrace les 24 heures qui ont abouti à cette annonce. Passage en revue des étapes décisives.

Toute l'info sur

Griveaux emporté par la divulgation d'une sextape

Lire aussi

1. Mercredi soir et jeudi matin, il est toujours candidat

Renoncer à sa campagne ? Il n'en est alors absolument pas question, y compris lorsque les premières fuites de ces vidéos lui parviennent. Benjamin Griveaux commence par échanger à ce sujet avec ses proches, dont sa femme, en privé. Il en parle également avec son staff de campagne, mais très vite, il s'agit de préparer l'événement du lendemain, à savoir la conférence de presse pour présenter son programme, qui l'absorbe quasi intégralement. Même le jeudi matin, une partie considérable de son équipe reste convaincue que la situation est "maîtrisable".

Lire aussi

2. Jeudi après-midi, les premières grosses secousses

La bascule s'opère dans le courant de l'après-midi, quand une ampleur nouvelle se révèle. Lesdites vidéos circulent alors sur Internet, trouvant des relais de plus en plus nombreux, jusque dans les messageries privées de certains journalistes. L'ensemble de ses opposants politiques sont aussi au courant. Et le clan Griveaux commence à mesurer qu'il ne sera pas simple de contrôler les répercussions d'une telle affaire. Le candidat lui-même prend alors conscience que certains de ses soutiens politiques pourraient le lâcher. L'hypothèse d'une défection se concrétise.

Lire aussi

3. Jeudi soir, le renoncement et le soutien de Macron

"Je n'y arriverai pas, je ne pourrai pas tenir", se dit, en substance, Benjamin Griveaux dans la soirée, au bout de cette réflexion sur l'isolement qui l'attend dans la tornade. Avec ses proches, il entérine la décision de se retirer. Selon des sources concordantes, à la fois issues de l'entourage d'Emmanuel Macron et de celui du candidat, à aucun moment l'Elysée n'est intervenu pour l'influencer. Le président de la République tenait, de toute façon, à ce qu'on le laisse à l'écart de la campagne des municipales, a fortiori de cet épisode. Tandis que le clan Griveaux souligne la liberté de choix du candidat, et même le soutien du chef de l'Etat, y compris dans le cas où il aurait décidé de maintenir sa candidature...

Lire aussi

4. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le soulagement malgré tout

Malgré la polémique n'en finissant plus d'enfler, les proches de Benjamin Griveaux vont jusqu'à dire qu'il est "soulagé" par cette décision et la perspective d'échapper au pire. A l'inverse de son staff de campagne, qui s'inquiète des conséquences de ce retrait pour LaREM, et a tenté jusqu'au bout de le convaincre de rester candidat. Mais l'argument du sort du parti n'a pas suffi à infléchir sa position. Une position portée par une dimension personnelle, une volonté de protéger autant que possible sa famille, et une incapacité à tenir psychologiquement dans le sprint final de la campagne. Ainsi que par le simple constat qu'à notre époque, quand une polémique prend, notamment via les réseaux sociaux, il devient impossible de l'arrêter.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Eurovision Junior : Valentina, la candidate française, remporte le concours

VIDÉO - Après plus d'un siècle sous l'océan, l'épave du Titanic va disparaître d'ici une vingtaine d'années

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter