VIDEO - Bernard Debré se procure de la cocaïne sur le Web et la ramène à l'Assemblée

Politique
DirectLCI
TRAFICS - Le député LR Bernard Debré a mené une opération originale pour dénoncer la consommation de drogues via Internet, dans le cadre d'une enquête conjointe avec Valeurs actuelles. Il est parvenu à se procurer des drogues et à ramener des échantillons à l'Assemblée.

On connaissait l'engagement de Bernard Debré, médecin de formation, contre les trafics de drogue. On connaissait moins son goût pour le reportage en immersion. Sur LCI, mardi, le député Les Républicains de Paris raconte comment il a mené, avec Valeurs Actuelles et le président de Parents contre la drogue, Serge Lebigot, une opération pour démontrer la facilité avec laquelle on peut se procurer toutes sortes de drogues (ou d'armes) sur le " Darknet ".

L'initiative est tout à fait insolite pour un parlementaire. Bernard Debré raconte comment il est parvenu, en un clic, à aller se procurer cocaïne et champignons hallucinogènes sur une plateforme basée aux Pays-Bas. "On paye avec la Carte Bleue, puis ça arrive à la Poste. Nous l'avons fait livrer chez le président de l'association. C'est une enveloppe kraft avec à l'intérieur, deux enveloppes."

Champignons hallus sur le bureau

Le député parisien du XVIIe arrondissement s'est donc retrouvé avec ces substances illicites sur son bureau à l'Assemblée nationale, acheminées par ses complices, le journaliste de Valeurs Actuelles et Serge Lebigot.

Il explique à quel point ce commerce sur Internet est dangereux, notamment pour les jeunes. "Le darknet, c'est incroyable. C'est un supermarché de tout. Vous avez des kalachnikovs, du TNT, des faux billets, des organes à greffer… Vous avez 30 à 36.000 sites de cocaïne." Fin 2015, Bernard Cazeneuve avait annoncé le renforcement des "cyberpatrouilles" pour identifier, notamment, les trafics d'armes sur le Darknet. Pas suffisant, manifestement, aux yeux de Bernard Debré, qui réclame une mission parlementaire sur le sujet.

A LIRE AUSSI
>> Trafic de drogue : "Si on ne fait rien, Marseille sera Tijuana"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter