VIDÉO - Finances publiques : "Nous avons pris les décisions nécessaires", estime Bruno Le Maire

VIDÉO - Finances publiques : "Nous avons pris les décisions nécessaires", estime Bruno Le Maire

INTERVIEW – Invité ce lundi soir sur LCI par Ruth Elkrief, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a défendu la politique de son gouvernement en matière de dépense publique.

Invité ce lundi soir par Ruth Elkrief sur LCI, le ministre de l'Économie a vanté les mérites de la politique de son ministère en matière de dépense publique.

Toute l'info sur

L'interview de Ruth Elkrief

Le patron de Bercy était interrogé par Valérie Pécresse, qui lui a demandé comment il n'avait "pas pu baisser la dépense publique dans son quinquennat" : "La baisse du chômage, c'est parce qu'il y a un million de chômeurs en formation (...) 150.000 contrats aidés, la réindustrialisation, c'est 85 milliards de déficits dans la balance commerciale. On n'a jamais été aussi dépendants de l'extérieur", déclare la candidate LR. "C'est un bilan en trompe-l'œil qui masque une fragilité de l'économie française".

Qui a sorti la France de la procédure pour déficit public excessif ? C'est bibi- Bruno Le Maire

Autant de critiques que le ministre de l'Économie a balayé d'un revers de la main. "Les deux précédents quinquennats nous avaient laissé un déficit au-dessus des 3%. Qui a sorti la France de la procédure pour déficit public excessif ? C'est bibi. On peut nous reprocher beaucoup de choses, mais en matière de gestion des finances publiques nous avons pris les décisions nécessaires pour revenir sous les 3%."

Lire aussi

Et le ministre d'ajouter : "Le choix que nous avons fait pendant la crise était différent : nous avons protégé les salariés, les qualifications et l'entreprise. Là où je diverge avec Valérie Pécresse, c'est qu'il ne s'agit pas d'une reprise en trompe-l'œil. C'est une reprise solide, qui ne nous exonère pas d'efforts supplémentaires (…) On est quand même mieux avec un chômage qui baisse, un investissement qui redémarre, la consommation dynamique et une croissance forte plutôt qu'un chômage très élevé, des entreprises qui font faillites et un investissement qui s'effondre."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Omicron : 464.769 nouvelles contaminations au Covid en 24 heures, un record en France

République Tchèque : une chanteuse meurt du Covid-19 après l'avoir volontairement contracté

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

Yvelines : "menacée" après un cours sur l'évolution illustré avec une image de Soprano, une enseignante "exfiltrée"

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 18 janvier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.