"C'est minable" : Alexis Corbière revient sur la polémique à propos de son logement social, qu'il va quitter

DirectLCI
INJUSTICE ? - Alexis Corbière a une nouvelle fois réagi à la polémique entourant son logement social situé dans le 12ème arrondissement de Paris. Le député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis a dénoncé les "attaques" dont il a fait l'objet et explique pourquoi il a pris la décision de quitter les lieux.

Invité sur le plateau du "Live Politique" de LCI ce dimanche, Alexis Corbière a été interrogé par les internautes sur un sujet qui revient régulièrement sur le tapis : son logement social. Le député de la 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis réside depuis 2003 avec sa femme Raquel Garrido et leurs trois enfants dans un appartement du XIIe arrondissement de Paris, loué à la régie immobilière de la Ville, dont le coût s'élève à 1230 euros (955 hors charges) par mois.

 

"C'est minable, tout ça, a-t-il déclaré sur LCI. J'ai été injustement attaqué par des gens du Front national et de la République En Marche." Le porte-parole de La France Insoumise a déclaré qu'il allait quitter son logement car il a "de la morale", tout en soulignant que, "en vérité", il "pourrai(t) rester". Alexis Corbière reconnaît toutefois que "la situation matérielle, quand on est député, n'a pas à faire pleurer".

"Papa maman ne m'ont pas payé d'appartement"

Le professeur d'histoire a expliqué comment il avait accédé à ce F4 d’un peu plus de 80 mètres carrés. "Mon dossier et l'état de ma famille m'ont permis de rentrer là-dedans. C'est mon honneur d'habiter dans ce genre de logement. Je n'ai pas de patrimoine. Mes parents n'ont pas d'argent. Papa et maman ne m'ont pas payé d'appartement."

Il ajoute : "J'en connais beaucoup qui sont de la 'bonne bourgeoisie', qui se permettent de ricaner du fait qu'un enseignant comme moi avec trois mômes habite le long du périph." Enfin, Alexis Corbière en a profité pour passer un message aux propriétaires : "D'ailleurs, si certains ont des propositions, je cherche ! Jai trois enfants."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter