VIDÉO - "Ce n'est pas sérieux" : la réponse du PDG de Total au tacle de Brune Poirson

VIDÉO - "Ce n'est pas sérieux" : la réponse du PDG de Total au tacle de Brune Poirson
Politique

ÉNERGIE - Invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, le PDG de Total, Patrick Pouyanné a répondu à un tweet publié quelques jours plus tôt par la secrétaire d'État à l'Écologie Brune Poirson, qui dénonçait l'exploitation possible par Total d'un gisement de gaz naturel en Afrique du Sud.

Quand Brune Poirson, la secrétaire d'État à l'Écologie, ironise sur la découverte d'un gisement de gaz naturel en Afrique du Sud, évoquant une "drogue dure", le PDG de Total Patrick Pouyanné, répond qu'il y a "beaucoup de junkies en France". Derrière les petites phrase, les positions de la secrétaire d'État et du géant pétrolier français illustrent les enjeux de la transition énergétique. Alors que Total est majoritaire dans la concession sud-africaine où a été découvert le gisement, son PDG, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, a expliqué sa vision à ce sujet.

Tout commence le 7 février, quand le groupe Total annonce une découverte "importante" d'hydrocarbures au large de l'Afrique du Sud. "Il s'agit d'un gisement qui pourrait représenter un volume d'environ 1 milliard de barils, du gaz et des condensats", affirmait alors Patrick Pouyanné, tandis que le gouvernement de Pretoria se félicitait d'un "coup de pouce" potentiel à son économie en difficulté. Dans la foulée, Brune Poirson publie le tweet ci-dessous :

"Il y a beaucoup de junkies en France", répond donc ce dimanche Patrick Pouyanné. "J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de Français qui veulent utiliser leur voiture et avoir de l'essence, madame Poirson comprise. C'est un sujet sérieux, on ne peut pas faire que de l'incantation."

"L'Afrique du Sud, si madame Poirson connaît sa situation, sa seule ressource naturelle c'est le charbon", explique le PDG du groupe pétrolier. "Nous venons de découvrir du gaz naturel. Est-ce que nous préférons que, pour se développer économiquement, l'Afrique du sud utilise tout son charbon, ou utilise demain du gaz naturel, qui émet deux fois moins de gaz carbonique que le charbon ?"

La vraie question, c'est : quels sont les transferts que nous sommes prêts à faire, nous Français, pour aider les indiens demain à avoir un développement économique qui soit vertueux ?- Patrick Pouyanné

Et Patrick Pouyanné de tacler la communication gouvernementale sur la loi censée interdire l'exploitation d'hydrocarbures sur le sol français : "Effectivement, en France, on n'en a pas, alors on peut faire une loi pour dire qu'on ne va pas en chercher. Si on en avait, on réfléchirait peut être différemment. Ce n'est pas sérieux. C'est comme quand on déclare qu'il y aura 100% des plastiques recyclés dans 10 ans. Personne n'y croit."

"À moins de décider, nous Français, parce qu'on dirige la planète, que les peuples de ces pays (émergents, ndlr) là ne peuvent accéder au bien être que nous connaissons, ils vont consommer de l'énergie. Et qu'est ce qu'ils ont comme énergie ? Ils ont du charbon, ils ont du pétrole, ils ont du gaz. Pourquoi on va leur dire à eux, qu'ils n'ont pas le droit de l'utiliser alors que nous avons développé notre économie et notre pays avec ?", interroge le patron de Total, qui conclut, à l'adresse du gouvernement, et des Français dans leur ensemble : "La vraie question, c'est : quels sont les transferts que nous sommes prêts à faire, nous Français, pour aider les indiens demain à avoir un développement économique qui soit vertueux ?"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter