Claveciniste, radiologue, karatéka, twittos compulsif : qui est le sulfureux député Joachim Son-Forget ?

Politique
DirectLCI
PORTRAIT - Joachim Son-Forget est-il "psychologiquement perturbé", comme le disent sous couvert d'anonymat certains de ses collègues ? Ou le député de Suisse et du Liechtenstein est-il un "génie fou", un incompris plus à l'aise derrière son clavecin, son compte Twitter ou sur un tatami que dans l'hémicycle ?

Après une série de tweets douteux envoyés dans la nuit de jeudi à vendredi, le "cas" de Joachim Son-Forget va être examiné le 14 janvier prochain par le bureau du groupe LaREM à l'Assemblée nationale. Déjà dans le collimateur pour des propos sexistes contre la sénatrice Esther Benbassa, le député de la Suisse et du Liechtenstein fait la Une des médias et divise dans les rangs de la majorité.  


Ce vendredi, des collègues cités dans le journal Le Monde le qualifient de "psychologiquement perturbé". Mais le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse Gabirel Attal a dit de lui dans Libération : "Il a un côté génie fou mais en fait, tout est très construit et raisonné. Il est très libre. Il a à cœur de faire turbuler le système." Alors qui est vraiment Joachim Son-Forget ? 

Recueilli sur un trottoir de Séoul à trois mois

Joachim Son-Forget est abandonné par ses parents à la naissance. A trois mois, il est retrouvé par la police sur le trottoir d'un bidonville de Séoul, capitale de Corée du Sud. Dans ses poches, un morceau de papier indique sa date de naissance : 15 avril 1983. Il est recueilli par un orphelinat de la ville et adopté à l'âge de neuf mois par une famille française. Il grandit à Langres, en Haute-Marne.

Un radiologue surdiplômé

Solitaire et peu sociable, Joachim Son-Forget fait ses études par correspondance, notamment pour se consacrer à la musique. Une fois son baccalauréat en poche, il part faire des études à Dijon, Paris et en Suisse. Sur son site, on peut lire qu'il est "médecin radiologue, spécialiste en psychologie cognitive, notamment du thème de la conscience de soi, docteur en médecine de l’Université de Lausanne et es sciences de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et titulaire d’un master de sciences cognitives de l’Ecole Normale Supérieure de Paris".


Aujourd'hui, en parallèle de son mandat de député, il officie un jour et demi en Suisse comme radiologue.

Des liens étroits avec le Kosovo

Joachim Son-Forget découvre le Kosovo à l'âge de 26 ans, lorqu'il se porte volontaire à l’hôpital de Pristina.  Il apprend la langue, se met en couple avec une kosovarde et développe une amitié avec l'actuel ambassadeur du Kosovo en France, Qëndrim Gashi. Ce dernier, qui dit de son ami qu'il est "une catégorie à lui tout seul", estime qu'"il n'a jamais voulu accepter que les Balkans soient isolés de l’Europe. Il a une passion pour cette région."


Au mois de juin dernier, Joachim Son-Forget a reçu des mains du président Hashim Thaçi la nationalité kosovarde.

Un claveciniste reconnu

La musique, et plus précisément le clavecin, est avec le karaté la grande passion de Joachim Son-Forget. "Pratiquant le piano depuis l’âge de 5 ans, il enregistre un album à 16 ans avec son professeur, Daniel Folton, où il exécute des pièces de Frédéric Chopin", peut-on lire sur son site. "En 2017, il donne une série de deux récitals en faveur de la Syrie à Paris à l’atelier von Nagel et à Genève au Victoria Hall, particulièrement remarquée par la presse suisse et française. En 2018, il joue à guichet fermé pour les 25 ans du festival Al-Bustan dans le cadre prestigieux de la résidence des Pins à Beyrouth, centrée sur les relations entre Bach et ses prédécesseurs et ses contemporains français", peut-on lire encore.

Ancien militant socialiste mais marcheur de la première heure

Avant de rejoindre En Marche, Joachim Son-Forget fait ses armes au Parti socialiste. Il fut secrétaire de la section genevoise du PS et président du comité des militants du Parti socialiste européen en Suisse avant de quitter le parti en 2014. Il se dit déçu par François Hollande et les pontes du parti. "Ca vous inspire, Moscovici ? Pas moi ! Et Montebourg, ce n’était pas formidable non plus. Le terroir, c’est bien. Mais avait-il besoin d’aller à la campagne couper du saucisson avec son opinel ? Ca fait vieille France", déclare-t-il dans Libération. 


En 2016, il rencontre Emmanuel Macron dans le cadre du Club XXIe siècle. Celui qui prépare sa campagne présidentielle l’invite à lancer son mouvement en Suisse. Joachim Son-Forget devient référent En Marche pour la Suisse. Investi dans la sixième circonscription des Français établis hors de France, il est élu député de Suisse et du Liechtenstein en juin 2017. 


Celui qui a échoué à prendre la tête du parti présidentielle au début du mois de décembre 2018 (recueillant 18% des voix face à Stanislas Guerini), se dit "spécialisé dans le domaine de la diplomatie parlementaire (Corée du Nord, Kosovo, Levant, Proche-Orient, Nigéria) et de la protection de la biodiversité des mers et de l’océan".

Auteur de nombreux bad buzz

S'il s'est particulièrement fait remarquer ses dernières heures pour ses tweets sexistes visant la sénatrice Esther Benbassa et sa "grosse déconne organisée" dans la nuit de jeudi à vendredi, le député n'en est pas à son premier bad buzz sur les réseaux sociaux. En septembre dernier, le roi des forains Marcel Campion avaient notamment déclaré que Paris "était gouverné par des homos" et qu'il n'avait "rien contre eux, sauf qu'ils sont un peu pervers". Le député avait alors écrit sur Twitter : "Non ce n'est pas homophobe. Il suffit d'écouter en entier de quoi il parle, certes maladroitement, mais pas de sexualité. Je trouve même de bon aloi ses propos personnels sur Mourousi et 'Didine' qui sont la clé de lecture de ce propos", en référence à l'amitié revendiquée par Marcel Campion avec ces deux personnalités homosexuelles.

Plus récemment, le député avait abondamment insulté le président américain sur le réseau social. Alors que Donald Trump avait tweeté : "Les gens ne veulent pas payer de grosses sommes d'argent, surtout aux pays du tiers monde (dont la gestion est discutable), afin de protéger peut-être l'environnement" et affirmait que des manifestants avaient scandé "On veut Donald Trump !", Son-Forget avait fait dans la surenchère. "Donald le Gâteux est atteint d'incontinence cérébrale... Comme un 'gâteux' souffre d'incontinence d'urine voire de matières fécales et 'gâte' ses draps", avait-t-il répondu au chef de l'Etat américain. Avant de continuer en anglais : "N'insulte pas mon pays, vieillard ! La France t'embrasse le cul".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter