Conférence de presse : Emmanuel Macron confirme vouloir supprimer l’ENA

Politique

Toute L'info sur

Grand débat national : l'heure des annonces

ANNONCE - La sanction est tombée pour l’ENA, dont les rumeurs de fermeture couraient depuis plusieurs semaines. Lors de sa conférence de presse, Emmanuel Macron a confirmé vouloir supprimer l’Ecole nationale d’administration, dont il a lui-même été élève.

Emmanuel Macron l’a confirmé jeudi 25 avril lors de sa conférence de presse à l’Elysée. Le chef de l’Etat entend "supprimer, entre autres, l’ENA". "Pas pour se donner le plaisir de supprimer [l’ l'École nationale d'administration]", a-t-il précisé, mais "pour bâtir quelque chose qui fonctionne mieux".

Un peu plus tôt, face à plus de 300 journalistes français et étrangers, le président avait pourtant laissé entendre que l’ENA serait reformée sans être supprimée, en évoquant dans son propos liminaire des "rumeurs". 

Lire aussi

Mais il s’est montré plus clair au moment des questions/réponses, déclarant : "je ne crois pas au rafistolage, à la réforme un peu". "Si vous gardez les mêmes structures, les habitudes sont trop fortes, les habitudes sont là", a-t-il dit. "Il ne s’agit pas de stigmatiser l’ENA, j’ai fait cette école, je lui dois beaucoup", a ajouté Emmanuel Macron. 

Plus largement, ce sont les "grands corps" de la fonction publique qui seront refondés, voire supprimés. "Nous devons gérer très différemment les carrières de nos hauts fonctionnaires, avoir davantage de passerelles tout au long de la vie professionnelle, pour permettre, avec des règles de déontologie extrêmement strictes, à des gens qui viennent du privé, du monde associatif, d'intégrer la haute fonction publique à différents moments", avait auparavant développé le chef de l'Etat. L’ancien énarque Frédéric Thiriez sera chargé de remettre au gouvernement des propositions pour cette refondation.

Mercredi, soit la veille de l’annonce du président, le directeur de l’ENA Patrick Gérard montait au créneau dans une tribune publiée dans le Figaro pour défendre son établissement. Sans succès visiblement.

Lire et commenter