Avant sa prochaine allocution, Emmanuel Macron de nouveau rattrapé par la situation sanitaire

Avant sa prochaine allocution, Emmanuel Macron de nouveau rattrapé par la situation sanitaire

RÉFORMES - Le chef de l'État voulait s'adresser aux Français avant le 14 juillet pour fixer le cap de la fin de son quinquennat et annoncer de nouvelles réformes. Mais la crise sanitaire pourrait avoir raison de ses ambitions.

Il devait donner une dernière impulsion réformatrice à son quinquennat. Ces dernières semaines, pensant avoir contenu l’épidémie de Covid-19, le chef de l’État avait bon espoir de s'éloigner du sanitaire pour reprendre les réformes, à neuf mois de la prochaine élection présidentielle et d'une campagne où il sera forcément question de son bilan. Pour cela, il a largement consulté sa majorité ainsi que les forces politiques et syndicales du pays, parallèlement au "tour de France" entrepris en juin par le président de la République pour "prendre le pouls" des Français. 

Emmanuel Macron devait faire part de ses arbitrages aux Français lors d'une allocution prévue d'ici au 14 juillet - ni la date ni la forme, interview ou allocution, n'ont encore été dévoilées. Cette prise de parole est toujours prévue, mais alors que le variant Delta menace et que la quatrième vague pourrait arriver plus tôt que prévu, son contenu pourrait être différent de celui espéré. 

"Le sanitaire s’est réinvité dans la danse. Et ça obère vachement sur les priorités de la fin du quinquennat", a confirmé un conseiller de l’exécutif joint par Politico mercredi. "Il y aura forcément un mot sur [là] où il veut nous emmener, mais il ne rentrera pas dans le niveau de détail qu’il souhaitait. Les Français, ils ont besoin d’être rassurés sur leurs vacances", estime-t-il, ajoutant que selon lui, du côté de Matignon, on plaide pour "attendre fin août pour dérouler sur la fin du quinquennat".

Donner des perspectives

Toutefois, Politico toujours, croit savoir que l'entourage du président de la République plaide pour que son allocution mêle "temps court et temps long", "qu’il parle de relance mais aussi d’avenir". Au Figaro, un ministre en lien avec Macron ajoute : "La question c’est : ‘est-ce que le Covid laisse de l’espace ?’ Le président a toujours cherché à ne pas se laisser enfermer dans le sanitaire, il a encore plus besoin de continuer à faire comme ça maintenant. Il cherche une forme de marque réformatrice, parce qu’à la fin des fins, on n’en aura pas quinze. Il cherche la surprise du chef. Il ne veut pas lever le stylo, pour ne pas apparaître comme un conservateur". 

Malgré tout, l'hypothèse d'un retour de la réforme des retraites avec un passage de l’âge de départ à 64 ans qui semblait avoir la préférence d'Emmanuel Macron s'est éloignée un peu plus ces derniers jours, à mesure que les cas de Covid-19 augmentaient de nouveau. Le Président annoncera-t-il d'autres réformes, en direction de la jeunesse notamment ? Ou se contentera-t-il de faire un nouveau point sanitaire, alors qu'un Conseil de défense sanitaire doit se tenir lundi 12 juillet, où le gouvernement examinera une éventuelle vaccination obligatoire pour certaines professions, de possibles restrictions aux frontières et la possibilité d’une extension du pass sanitaire ?

Lire aussi

Le chef de l'État avait déjà dû abandonner sa réforme des retraites au début de la crise sanitaire au printemps 2020. "Il n'y aura pas d'abandon d'une réforme des retraites. Je suis ouvert à ce qu'elle soit transformée. Elle ne peut pas être reprise de manière inchangée à la sortie de la crise", avait déclaré le chef de l'État à la presse régionale au début de l'été 2020 pendant une période d'accalmie.  Avant que la crise sanitaire ne lui fasse déjà changer ses plans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

"Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

EN DIRECT - Covid-19 : une prime exceptionnelle de 400 euros pour les employés des restaurants universitaires

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.